Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

berthe morisot

  • Un noir joyeux

     

    berthe morisot

    Edouard Manet – Berthe Morisot à l’éventail, 1874, musée des Beaux-Arts, Lille

     

         « Des amis m’embrassent, me pressent les mains. Je les devine plus que je ne les vois. À l’image de ma robe, le cimetière m’apparaît vêtu de noir. La couleur favorite d’Edouard… Il en aurait certainement fait un tableau, me dis-je, très émue.

       Je fixai une dernière fois la petite tombe dans laquelle il venait de s’enfoncer. Une page importante de ma vie se refermait. » 

    deux petits tableaux- Extrait de la nouvelle « Un noir joyeux » (Recueil Deux petits tableaux)

     

     

     

     

     

     

     

     

         Durant mes récentes vacances, j’ai réécouté à nouveau les enregistrements de quatre de mes nouvelles qui m’ont été offerts par une amie Suisse, Esperiidae, donneuse de voix sur Litterature audio.com, site beaucoup fréquenté par les non-voyants et malvoyants, mais aussi par les curieux de littérature.

        J’avais longtemps hésité lorsqu’elle m’avait proposé le projet d’enregistrer en audio quelques-unes des nouvelles publiées dans mes recueils. Je m’imaginais que la vision des tableaux dont je parlais dans mes récits était indispensable à une bonne perception de ceux-ci. Je me trompais et elle me le démontra en enregistrant successivement quatre nouvelles. Je compris rapidement en l’écoutant que la sensibilité musicale, le rythme et les modulations de la voix permettait une nouvelle approche de la peinture. Les mots parlés, avec un perceptible accent suisse, donnaient vie aux tableaux et confirmait la phrase d’un peintre suisse enseignant la peinture à des non-voyants : il parlait de « Voir autrement ».

        Une de ces nouvelles « Un noir joyeux », publiées dans mon dernier recueil « Deux petits tableaux », conte la tendre complicité unissant Édouard Manet et Berthe Morisot qui lui servit de modèle durant une quinzaine d’années. Mon amie m’a fait le plaisir de compléter son enregistrement audio de la nouvelle par une belle vidéo, montrant les tableaux du peintre. Vous pouvez l’écouter et la voir sur Youtube (durée 19 min) :   https://www.youtube.com/watch?v=qYc4xHohlM4

    Ou en cliquant sur l'image ci-dessous :

    peinture, nouvelles, berthe morisot, Édouard Manet, Deux petits tableaux

     

  • Berthe Morisot à Orsay

     

    peinture, musée d'orsay, impressionnisme berthe morisot,

    Edouard Manet – Portrait de Berthe Morisot avec un éventail, 1874, Art Institute of Chicago

     

     

         Après la première rétrospective depuis 1941 de l’œuvre de Berthe Morisot présentée en 2012 au musée Marmottan Monet, le musée d’Orsay consacre, depuis le 18 juin dernier, sa première exposition de l’été à cette femme peintre exceptionnelle: Berthe Morisot 

        L’exposition du musée d’Orsay est d’une grande richesse. Près de la moitié des œuvres présentées proviennent de collections particulières, souvent jamais montrées au public.

       J’ai repris quelques-unes des images de l’article que j’avais fait en 2012 sur la brillante rétrospective du musée Marmottan. D’autres images de la meilleure qualité des toiles exposées à Orsay ont été rajoutées.

         Je passe devant vous. Vous me suivez…

     

    Lire la suite

  • Mary Cassatt de retour à Paris

     

       Le Musée Jacquemart-André présente actuellement l’exposition : Mary Cassatt, une impressionniste américaine à Paris qui rassemble diverses œuvres de l’artiste et permet de redécouvrir son talent.

         C’est la première fois depuis le décès du peintre en 1926 qu’une rétrospective lui est consacrée à Paris. Je montre, ci-dessous, un échantillon représentatif des œuvres que j’ai préférées.

         Cela va me donner l’occasion de rapprocher les toiles de deux amies : Mary Cassatt et Berthe Morisot. Elles faisaient partie du groupe des peintres impressionnistes et exposaient ensemble. Leurs thèmes de prédilection étaient souvent les mêmes : la féminité, les enfants, les maternités.

     

    peinture,mary cassatt,impressionnisme,jacquemart-andré

    Mary Cassatt – Autoportrait, 1880, Galerie nationale du portrait, Washington

    peinture,berthe morisot,impressionnisme,jacquemart-andré

    Berthe Morisot – Autoportrait, 1885, musée Marmottan, Paris

     

     

    Lire la suite

  • Genèse de l'impressionnisme

    18. Berthe Morisot – 1886, huitième et dernière exposition impressionniste

     

     

    peinture,  berthe morisot, impressionnisme,

    Edouard Manet – Portrait de Berthe Morisot étendue, 1873, musée Marmottan, Paris

     

     

          Ma longue étude sur la genèse de l’impressionnisme commencée le 22 octobre 2017 se termine par ce 18ème et dernier chapitre.

          En cette année 1886, les artistes ont vieilli, leur technique ainsi que leur vision sur la peinture ont évolué séparément, des dissensions se sont installées au sein du groupe. Des jeunes peintres de talent s’apprêtent déjà à prendre leur place…

        Cette huitième exposition sera la dernière du groupe des impressionnistes, et ne les verra pas tous réunis. Leur propre conception de l’art va les emmener sur des routes différentes.

     

     

    Lire la suite

  • Genèse de l'impressionnisme

     

    4. Berthe Morisot – Courrier à Edma

     

     

     

          En ce 15 avril 1874, l’exposition des jeunes peintres avant-gardistes prétendant représenter une nouvelle école de peinture s’est ouverte pour un mois, boulevard des Capucines à Paris. Des fous, dit-on de ces rebelles combattant l’art académique…

         La critique a été sévère. Le public venait pour se moquer, « rigoler ».

     

    Lire la suite

  • Voir la peinture autrement

     

    Un noir joyeux

     

     

        Esperiidae, mon amie donneuse de voix sur Litterature audio.com, site beaucoup fréquenté par les non-voyants et malvoyants, mais aussi par les curieux de littérature, m’a fait le plaisir d’enregistrer pour la quatrième fois une de mes nouvelles qu'elle sait si bien mettre en valeur.

         Hésitant lorsqu’elle m’a proposé ce projet car je m’imaginais que la vision des tableaux était indispensable à une bonne perception de ceux-ci, je découvre, une nouvelle fois, que la seule force de la voix, sa sensibilité, son timbre, ses modulations et son rythme, permettent une nouvelle approche de la peinture. Les mots parlés donnent vie aux tableaux et confirme la phrase d’un peintre suisse enseignant la peinture à des non-voyants, parlant de « Voir autrement »...

         Ce récit : « Un noir joyeux » conte l’étrange complicité unissant Edouard Manet et Berthe Morisot qui lui servit de modèle durant une quinzaine d’années. 

    Lire la suite

  • 1874 - Première exposition impressionniste

     

    peinture,écriture,berthe morisot,impressionnisme

     

           La première rétrospective présentée à Paris depuis 1941 de l’œuvre de Berthe Morisot s’est ouverte le 8 mars dernier au Musée Marmottan à Paris. Je suis un amoureux fervent, et depuis longtemps, de cette femme impressionniste aux talents multiples. On la disait austère, triste, mélancolique. Elle peignait le bonheur…

          Ayant visité l’expo sans tarder, j’en parlerai dans une prochaine note.

          Dans un article déjà ancien, j’avais imaginé une lettre écrite par Berthe à sa sœur Edma, habitant à Lorient depuis son mariage. Elle lui parlait de cette importante exposition d'avril 1874 organisée par les peintres avant-gardistes que le Salon officiel s’obstinait à refuser.

          A l’occasion de cette brillante rétrospective parisienne, j’ai eu envie de modifier et publier à nouveau ce courrier que Berthe Morisot aurait pu avoir rédigé elle-même…

       

    Lire la suite

  • Le temps qui passe

     

     

     

    berceau.jpg

    Berthe Morisot – Le berceau, 1872, Musée d’Orsay, Paris

     

     

    Je me souviens encore de ce premier jour de décembre

    où j'entrai anxieux dans la chambre.

    Tu étais là, petit être fragile,

    Dans un lit douillet tu reposais tranquille.

     

    Intimidé, presque ridicule,

    Je m'approchai et frôlai tes mains minuscules.

    Tu le sentis et tes doigts agiles

    Agrippèrent mon pouce d'un geste déjà habile.

     

     

    Ta maman dormait dans une pièce voisine ;

    Ravi, je contemplai ton expression mutine.

    Devant toi ce jour là je compris

    Pour la première fois l'importance de la vie.

     

    La plus belle oeuvre d'art

    Est éclipsée par le premier regard

    D’un nouveau-né qui ne demande rien

    Hormis un tendre câlin.

     

    Nous avons vieilli toi et moi,

    Le temps nous a imposé sa loi,

    Mais j’ai encore en mémoire ce jour de ta naissance

    Où je fis ta connaissance.

     

     

     

                                                                    Alain

     

     

     

     J'adresse ces mots à ma fille née un 1er décembre