Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nouvelles

  • Conter la peinture

     

    peinture, conter la peinture, nouvelles, art

     

     

         Mon nouveau recueil de nouvelles CONTER LA PEINTURE est arrivé pour le nouvel an.

         J’attendais de recevoir une épreuve de mon livre pour voir la tête qu’il avait. Il m’apparaît, tout beau, les images de tableaux en couleur s’affichent superbement sur le papier blanc. A tout seigneur tout honneur, Johannes Vermeer et sa « Vue de Delft », figure en image de couverture.

         Ce recueil est l’aboutissement d’un besoin ancien de parler de peinture sous une forme différente de celles qui m’étaient présentées le plus souvent dans les nombreux livres ou monographies rédigés par des spécialistes de l’art.

         Des impressions fugitives, une atmosphère, des ambiances, quelques tableaux en haute définition et, d’un coup, des artistes revivent un court instant. Ils ont pour nom Auguste Renoir, Henri de Toulouse-Lautrec, Berthe Morisot, Georges de La Tour, Amedeo Modigliani, Johannes Vermeer, Georges Seurat, Rembrandt van Rijn, Georges de La Tour, Claude Monet, J.M.N. Whistler, Winslow Homer... Un humble artiste de la préhistoire vient se mêler à ces grands noms…

     

         La quatrième de couverture, ci-dessous, donne un aperçu du contenu du livre :

      

    « Les ombres des grands peintres disparus… Pourquoi la vision de leurs œuvres alimente-t-elle ainsi mon imagination ?

    Marcel Proust dans son roman « À la recherche temps perdu » met en lumière la troublante relation qui existe entre la peinture et l’écriture, deux arts s’influençant mutuellement. Ainsi, il fait mourir Bergotte devant le tableau de Vermeer la « Vue de Delft » : « Il attachait son regard, comme un enfant à un papillon jaune qu'il veut saisir, au précieux petit pan de mur. « C'est ainsi que j'aurais dû écrire, disait-il. Mes derniers livres sont trop secs, il aurait fallu passer plusieurs couches de couleur, rendre ma phrase en elle-même précieuse, comme ce petit pan de mur jaune ».

    Tout au long des douze nouvelles de ce recueil, j’ai souhaité faire connaissance avec ces hommes et femmes qui ont fait l’histoire de l’art, les regarder peindre et vivre. Subtilement, de la même façon que Bergotte devant « le petit pan de mur jaune », un jeu de miroir a fini par s’établir entre les œuvres et mes mots, créant parfois un dialogue imaginaire avec les artistes. »

     

         Le recueil de nouvelles est disponible sous forme de livre broché et ebook. Il suffit de cliquer sur l’image correspondante dans la colonne de droite du blog.

     

         Belle lecture.