Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2017

Edgar Degas à la Nouvelle-Orléans

 

peinture,degas,nouvelle-orléans

Edgar Degas - Un bureau de coton à la Nouvelle-Orléans, 1873, musée des Beaux-Arts, Pau

 

 

    Savait-on qu’Edgar Degas (De Gas pour l’état civil) avait une branche familiale américaine par sa mère qui était créole ?

     Nous sommes en 1872, le peintre a 38 ans et est au tout début de sa longue carrière. Le charme et l’exotisme de la Louisiane, ancienne colonie française, le fascine. Il décide donc de rendre visite à son oncle et ses deux frères à la Nouvelle-Orléans. L’oncle a fait fortune dans le coton et les assurances. Les deux jeunes frères, Achille et René, travaillent dans l’entreprise familiale avec l’oncle.

     En octobre 1872, Edgar embarque, direction la Louisiane où sa famille américaine l’attend au grand complet. Il découvre la ville et les maisons luxueuses que plusieurs générations de créoles ont construites. La ville est en pleine reconstruction après les atrocités de la guerre de Sécession. La maison de son oncle a belle allure. Un atelier pour exercer son art lui est offert. Le frère, René, rapporte dans une lettre « Edgar est plein de curiosité pour la Nouvelle-Orléans et sa famille. Il semble enchanté de leur accent du Sud qu’il s’évertue d’apprendre ». L’artiste peint des portraits de famille, naturels et tendres. Il s’emporte : « Rien n’est plus difficile que les portraits de famille ! Faire asseoir une cousine pour vous alors qu’elle allaite un bébé criard de deux mois est très difficile. » 

     Début 1873, se languissant de la capitale parisienne, Degas prolonge son séjour de trois mois pour peindre le bureau de coton de son oncle où il va chaque jour. La toile se nomme « Un bureau de coton à la Nouvelle-Orléans » et montre son oncle et ses frères au travail : l’oncle assis au premier plan examinant un échantillon de coton ; Achille accoudé à la cloison vitrée, à gauche du tableau ; René, assis, lisant le journal. Au centre, un acheteur et un courtier négocient autour d’une table recouverte de coton. L’œuvre, accordant la primauté au dessin, est loin du mouvement impressionniste à venir deux ans plus tard et s’attache surtout à présenter la réussite des Degas dans le commerce et l’industrie textile.

 

 

 

     Dans les deux extraits de lettres ci-dessous, écrites à la Nouvelle-Orléans, l’on retrouve la verve savoureuse et l’humour étonnant du peintre que connaissent bien toutes ses relations.

 

Lettre à Lorentz Frölich (peintre danois et ami de l’artiste) – Nouvelle-Orléans, le 27 novembre 1872

[…]

L’océan ! Que c’est grand et que je suis loin de vous ! Le Scotia sur lequel je suis venu est un bateau anglais rapide et sûr. Il nous a menés (j’étais avec mon frère René) en dix jours, en 12 même, de Liverpool à New-York, l’Empire City. Triste traversée ! Je ne savais pas l’anglais, je ne le sais guère plus, et il y a sur la terre anglaise, même en mer, une froideur et une méfiance de convention que vous avez peut-être tâtées déjà.

New-York, grande ville et grand port. […] Quatre jours de chemin de fer nous ont mis enfin ici. […]

Que de choses nouvelles j’ai vues, que de projets cela m’a mis en tête mon cher Frölich ! L’art ne s’élargit pas, il se résume. Et, si vous aimez les comparaisons à tout prix, je vous dirai que pour produire de bons fruits, il faut se mettre en espalier. On reste là toute sa vie, les bras étendus, la bouche ouverte pour s’assimiler ce qui se passe, ce qui est autour de vous et en vivre.

Avez-vous lu les Confessions de J.-Jacques Rousseau ? Sans doute oui. Vous rappelez-vous alors sa manière de décrire son vrai fond d’humeur, quand il est retiré dans l’île de St Pierre, en Suisse, et qu’il raconte que dès le jour il sortait, qu’il allait d’un côté ou de l’autre, sans savoir, qu’il examinait tout, qu’il entreprenait des travaux de dix ans et qu’il les laissait au bout de dix minutes sans regret ? Eh bien ! j’en suis là, parfaitement. Tout m’attire ici, je regarde tout, je vous décrirai même tout exactement à mon retour.

Rien ne me plaît comme les négresses de toute nuance, tenant dans leurs bras des petits blancs, si blancs, sur des maisons blanches à colonnes de bois cannelées et en jardins d’orangers, et les dames en mousselines sur le devant de leurs petites maisons, et les streamboats à deux cheminées, hautes comme des cheminées d’usines, et les marchands de fruits à boutiques pleines et bondées, et le contraste des bureaux actifs et aménagés si positivement avec cette immense force animale noire, etc. etc. Et les jolies femmes de sang pur, et les jolies quarteronnes, et les négresses si bien plantées !

Je viens de rater un grand pastel avec une certaine mortification. Je compte si j’en ai le temps rapporter quelque chose du crû, mais pour moi, pour ma chambre. On ne doit pas faire indifféremment de l’art de Paris et de la Louisiane, ça tournerait au Monde Illustré.

 

Lettre à Henri Rouart (peintre, industriel, et grand ami de l’artiste) – Nouvelle-Orléans, le 5 décembre 1872

[…]

René (le frère d’Edgar) est dans sa famille ici, il n’a que peu le mal du pays. Sa femme est aveugle mais elle est au-dessus de son malheur. On attend le troisième enfant dont je serai le parrain et qui n’aura pas ma turlutaine.

 

peinture,degas,nouvelle-orléans

Edgar Degas - Madame René De Gas, 1873, National Gallery of Art, Wahington (Degas peint Estelle sa belle-sœur aveugle, une ample robe cachant sa grossesse, dans une belle harmonie de gris, blancs et roses)

 

Les femmes ici sont presque toutes jolies, et beaucoup ont même dans leurs charmes cette pointe de laideur sans laquelle point de salut. Mais je crains que leur tête ne soit aussi faible que la mienne, ce qui ferait à deux une drôle de garantie pour une nouvelle maison. Je viens, hélas ! de lâcher quelque chose qui n’est rien et peut m’attirer une réputation atroce. Gardez-vous, Rouart, sur votre honneur, de ne jamais répéter de manière à ce que cela puisse être rapporté ici, à des personnes d’ici, ou à des personnes qui connaissent des personnes d’ici, que je vous ai dit que les femmes de la Nouvelle-Orléans paraissent faibles d’esprit ; ceci est sérieux – on ne badine pas ici. Ma mort ne laverait pas un tel affront et la Louisiane doit être respectée par tous ses enfants dont je suis à peu près un. – Si je vous disais après cela qu’elles doivent être bonnes, l’insulte serait entière et vous m’auriez, en répétant encore cela, livré définitivement à mes bourreaux.

Je blague un peu, les femmes créoles ont quelque chose qui captive. […] Il y a de la tendresse à la 18e siècle dans leur air. De ces familles, beaucoup sont venues ici en culotte courte et ce parfum ne s’est pas encore en allé.

 

Votre dévoué          DEGAS

 

 

 

     S’il fut court, ce séjour fut une étape décisive dans la formation artistique du peintre. À son retour, il décidera d'abandonner définitivement ses sujets historiques d'inspiration néoclassique à la mode dans les années 1860, préférant aborder la réalité quotidienne dans la lignée de ses toiles peintes à La Nouvelle-Orléans.

    En 1874, la première exposition des peintres impressionnistes va se dérouler dans les locaux du photographe Nadar à Paris. Il y participera avec ses amis avant-gardistes. Son exploration de certains thèmes nouveaux et moyens picturaux inédits commencera.

 

 

 

Commentaires

Une nouvelle direction dans tes écrits ? Nous présenter Degas ?
Que l'on croit connaître parce que l'on a admiré ses "danseuses" ?
Et dont en réalité, - pour ce qui me concerne, à tout le moins -, l'on ne connaît quasiment rien de sa vie, - ou le peu que j'en ai lu chez Ambroise Vollard, soit une cinquantaine de pages -, et finalement pas plus de sa peinture ...

J'ai donc appris aujourd'hui : sa famille en Louisiane, ces deux toiles que je n'avais jamais vues, deux extraits d'une correspondance que je n'ai jamais croisée ...
De quoi t'inviter à envisager de nous parler de lui dans la droite ligne de ce tu as écrit à propos de Van Gogh et de Vermeer, par exemple ...

Ce serait intéressant, non ?

Écrit par : Richard LEJEUNE | 08 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Cela m’a amusé de montrer cette partie peu connue des écrits et toiles de jeunesse de Degas.
Il est certain que cette toile « Bureau de coton » n’est pas ce que je préfère chez le peintre. Par contre, le portrait de sa belle –sœur aveugle est intéressant par la qualité des nuances de couleurs. Le grand Degas, celui que l’on aime, va se révéler à son retour de Louisiane.
J’ai déjà parlé de Degas à travers une expo que j’ai décortiqué il y a deux ans.
http://www.httpsilartetaitconte.com/archive/2015/09/20/degas-un-peintre-impressionniste-5687427.html
J’aurai peut-être d’autres occasions d’en parler par la suite.

Écrit par : Alain | 08 juin 2017

Là, je suis confus d'avoir complètement oublié ton article de septembre 2015, Alain.
Mais aussi très préoccupé par cette perte de mémoire ... parce que, sans toutefois être récurrente, elle n'est pas la première ...
Mon épouse, d'ailleurs, m'a déjà conseillé de consulter notre médecin à ce sujet, voire de m'astreindre à des tests préventifs ...

Écrit par : Richard LEJEUNE | 08 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Tu plaisantes Richard. Je ne crois pas un seul instant que tu sois sur la route d'Alzheimer.
Tu connais et retiens beaucoup de choses. J’ai remarqué que lorsque je publie un article dont j’avais déjà parlé auparavant, même longtemps avant, tu t’en souviens souvent. Tu ne peux avoir en tête toutes mes publications, comme moi j’oublie aussi les tiennes qui sont anciennes.
Il s’agissait d’un article sur Degas écrit il y a deux ans, et je publie beaucoup d’articles sur de nombreux peintres. Alors ne t’inquiète pas, tu n’as vraiment pas besoin de consulter. Rassure ton épouse, beaucoup de personnes voudraient avoir ta tête.

Écrit par : Alain | 08 juin 2017

C'est toujours un plaisir de lire tes remarques sur les artistes et de nous faire partager ce courrier qui nous éclaire sur le caractère d' Edgar Degas! il aimait, certes, se pencher sur la beauté ou non de la gente féminine! J'ai trouvé une vidéo que j'insérerai sur mon blog car l'auteur explique oralement la personnalité de l'artiste qui eut quelques soucis en politique (comme d'autres souvent)!Cela n'enlève rien à son talent bien sur! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 09 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Degas était un caractère, pas toujours apprécié car ses remarques étaient acerbes parfois. Misogyne disait-on. Pourtant comme il peignait bien les femmes, avec une tendresse à fleur de peau. Grand ami de Berthe Morisot, il n'aurait manqué sous aucun prétexte ses réunion hebdomadaires chez elle. N'étant pas un véritable impressionniste, il ne manqua qu'une des huit expositions du groupe impressionniste et s'emportait envers Manet qui ne voulait pas en faire partie.
J'ai vu ta vidéo qui montre les plus belles oeuvres des dernières années de l'artiste. Un très grand.
Beau week-end Fan.

Écrit par : Alain | 09 juin 2017

Ravie, Alain, d'avoir voyagé en votre compagnie et en celle de Degas jusqu'à la Nouvelle-Orléans, c'est très intéressant et la personnalité de Degas, piquante, rugueuse et sensible aussi, nous donne envie de feuilleter les pages de la vie du personnage.
J'aime le ton qu'il emploie dans ses lettres, on ne s'ennuie pas...
Passez un excellent week-end, gorgé de soleil
Amitiés
Cendrine

PS: votre échange avec Richard au sujet des jolies nageuses était un régal!!! je vous souhaite de la rattraper celle que vous avez vue en rêve...

Écrit par : Cendrine | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Drôle de personnage que ce De Gas… Un tempérament irascible, des colères fréquentes, un caractère entier, intransigeant. Berthe Morisot l’adorait et riait beaucoup avec lui.
Vieux célibataire endurci, il adorait peindre les femmes du peuple : blanchisseuses, modistes, lavandières, couturières. Il les peignait dans des poses parfois scabreuses… Dans son pastel « Le tub » il montre une femme accroupie se nettoyant le dos avec une éponge. Lors de l’exposition, la pudeur bourgeoise était choquée comme souvent à cette époque. Pourtant Manet avait déjà montré la voie avant lui…
J’ai trouvé que ces lettres louisianesque reflétaient bien la personnalité de cet artiste à l’esprit fantasque cachant par ces bons mots ce quelque chose de plus profond que l’on ressent souvent dans sa peinture.
Je me suis amusé avec le thème érotique de l’art égyptien abordé par Richard. Ces jolies cuillères bouleversent les esprits. Nous faisons tous des rêves érotiques. Je suis bon nageur mais je pense que je ne rattraperai pas cette nageuse et son profil aérodynamique. Elle va trop vite. Alors je me contenterai du rêve.
Je suis désolé, chère Cendrine, d’apprendre ce matin que vous devez retourner à l’hôpital. Je comprends que vous soyez bizarre avec ce traitement à base de ciguë… L’été commence mal. Mais vous avez une telle qualité de caractère et un optimisme que vous pouvez vaincre bien des obstacles.
Profitez quand même un peu du beau temps. Et si vous rêviez à de beaux nageurs en forme de cuillère !
Amitiés

Écrit par : Alain | 11 juin 2017

Écrire un commentaire