Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 juin 2017

Je m'appelle Louise

 

Portrait : Auguste Renoir – La danse à la campagne, 1883, musée d’Orsay, Paris

 

 

peinture, renoir, orsay

 

 

     Louise tourna son joli nez pointu vers un convive installé à une autre table et lui envoya des signes amicaux.

     La violoniste et le pianiste attaquèrent une valse. La jeune femme vida son verre de cidre et s’apprêtait, faute de cavalier, à valser avec une amie, lorsqu’un homme élégant, en costume sombre et canotier, la barbe taillée de près, s’approcha de la table. Il était brun, beau garçon, les traits plus fins que les gars de la région. Il sourit à Louise.

     - Vous m’accordez cette valse, mademoiselle ?

     - Euh !… Oui, dit-elle, surprise !

    Elle se leva, intimidée par la prestance de l’homme. Il lui prit la main et l’entraîna vers le centre de la piste.

   L’homme était un excellent danseur. Le couple tournait lentement en décomposant le peinture,renoir,orsaymouvement avec élégance. Les pas s’emboîtaient sans à coup. Louise serrait son éventail, le garçon lui tenant la main très haute en l’air, son autre main lui enveloppant le dos pour la maintenir contre lui. Agrippée à l’épaule du garçon, la jeune femme se laissait emporter, les yeux fermés. Sa capeline rouge accrochée à son cou par un ruban réchauffait ses joues. Elle la lança au passage, puis se colla contre le costume bleu foncé de son cavalier. Dénoué, le ruban qui retenait ses cheveux en arrière libera sa chevelure foncée qui s’enroula, tournoyante, autour de sa tête.

 

 

 

 

     La violoniste haussa le rythme de la valse, ce qui eut pour effet d’éliminer les plus peinture,renoir,orsaymauvais danseurs qui retournèrent s’asseoir. L’homme et Louise allaient de plus en plus vite, le corps bien droit, lovés l’un contre l’autre, ne formant plus qu’un. Les pieds soudés tourbillonnaient, leur donnant l’apparence d’une toupie humaine incontrôlable. Ils volaient littéralement sans presque toucher le sol. On ne voyait plus qu’eux voltigeant indéfiniment. Ebranlé, le canotier de l’homme roula sur le sol. Tout le monde regardait ce couple superbe que la musique emportait dans un univers de solitude.

 

 

 

 

     Lorsque l’orchestre s’arrêta de jouer, la jeune femme et son cavalier revinrent s’asseoir.

   L’homme, inconsciemment, tenait encore la main de Louise dans la sienne. Leur osmose avait été si grande qu’ils ne s’étaient pas séparés. Progressivement, ils refirent surface, déçus de ne pouvoir rester dans ces nuages qui leur appartenaient. Le garçon lâcha la main de la jeune femme, se leva pour appeler le serveur et commanda la fameuse friture de goujons de la maison avec un vin de chablis sec.

   Le serveur déboucha la bouteille. Une fine couleur ambrée allumait le vin. La friture, croustillante juste comme il faut, accompagnée de tranches de pain bis recouvertes du beurre de la région, était un régal. Le fin visage de Louise arborait un sourire béat qui indiquait qu’elle planait encore dans une atmosphère irréelle.

     Elle but une gorgée de vin blanc, ce qui eut pour effet de la ramener à la réalité. Elle sourit à son danseur.

     - Je m’appelle Louise, dit-elle à l’homme qui la contemplait avec tendresse.

 

 

08:19 Publié dans PORTRAITS (23) | Commentaires (24) | Tags : peinture, écriture, renoir, orsay |

Commentaires

"Moi, mes amours d'antan c'était de la grisette
Margot, la blanche caille, et Fanchon, la cousette..."
quelle jolie évocation des personnages du temps des canotiers, quand les filles étaient plantureuses et les hommes galants. As tu pensé à ceci :
( https://www.youtube.com/watch?v=RPhTDqiERlQ ) en l'écrivant ?

Écrit par : emma | 01 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas pensé à "Casque d'or" mais plutôt à Maupassant et ses nouvelles se rapportant à ces guinguettes, lieux de sorties des parisiens autrefois. Belle époque.

Écrit par : Alain | 01 juin 2017

L'art de faire parler un tableau...
Mais quel joli texte Alain... Il nous donne envie de virevolter au bord de l'eau en amoureuse compagnie, merci de ce partage tout en gaieté, en finesse, en émotion.
Belle fin de journée, amitiés
Cendrine

Écrit par : Cendrine | 01 juin 2017

Répondre à ce commentaire

La plupart des guinguettes ont malheureusement disparu. Les Louise d’aujourd’hui vont dans les boites à la mode.
Le charme d’Aline Charigot, la future épouse de Renoir, opère merveilleusement dans cette toile que le musée d’Orsay a la chance de posséder. Elle fait le pendant dans le musée de « Danse à la ville » qui, cette fois, représente Suzanne Valadon peinte de dos.
Ce sont les meilleures toiles de Renoir, celles de sa jeunesse. Il avait un talent étonnant pour décrire les scènes de bal et les robes tourbillonnantes des femmes traversées de lumière.

Écrit par : Alain | 02 juin 2017

Et Rose devint Louise ...
Mais qu'importe le prénom pourvu qu'on ait l'ivresse de la valse !

Écrit par : Richard LEJEUNE | 02 juin 2017

Répondre à ce commentaire

J’ai pensé à ma mère dont c’était le prénom et qui aimait les guinguettes au bord de l’eau et la valse.

Écrit par : Alain | 02 juin 2017

C'est toujours avec un grand plaisir que je te lis! Cette fois, j'ai adoré Louise et son enivrement pour ce cavalier qui l'a fait virvoleter avec grâce! tu as juste oublié qu'elle tenait son éventail comme une bouée de peur de couler sous le charme de son danseur! et attention au Chablis, (avec modération) hihi!!Merci Alain Bisous Fan

Écrit par : FAN | 02 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Toutes les midinettes, ou grisettes, femmes du peuple de cette époque, tombaient facilement sous le charme de leurs cavaliers ou autres margoulins qu’elles venaient débusquer dans les guinguettes et bals populaires. Elles trainaient dans ces lieux de débauche pour s’amuser et ainsi oublier leur difficile condition ouvrière. Et l’alcool aidant…
Cette Louise me plait bien et je comprends que l’homme soit séduit. Il faudra que je raconte la suite de l’histoire…
Bon week-end Fan

Écrit par : Alain | 03 juin 2017

J'aime ta façon de conter les tableaux que tu aimes.
Merci pour ces pages qui me ravissent.
Passe un très beau dimanche.
Amitiés.

Écrit par : Quichottine | 04 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.


http://www.quichottine.com/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 04 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité : http://quichottine.fr/
Excellente journée.

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité : www.quichottine.fr
Excellente journée.

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.


http://www.quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.

http://www.quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.


http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité. (http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html)
Excellente journée.

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité. www.quichottine.fr
Excellente journée.

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité. http://quichottine.fr/
Excellente journée.

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité. http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html
Excellente journée.

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.

http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.

http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Je pense à cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.

http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.

http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Louise, comme d’autres personnages de mes histoires, donne du rêve. Comme cette association pour laquelle tu nous proposes d’écrire à plusieurs mains dans tes « Anthologies éphémères ». Quelle superbe idée que celle de permettre à des enfants très malades de réaliser un rêve grâce à l’argent rapporté par cette publication. Louise aurait aimé participer.
Merci Quichottine pour ta générosité.
Excellente journée.


http://quichottine.fr/2017/06/de-beaux-voyages.html

Écrit par : Alain | 06 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire