Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 juillet 2010

La puce

 

 

 la tour - la femme à la puce - musée nancy.jpg

Georges de la Tour – La femme à la puce, Musée historique lorrain, Nancy

 

   

 

Poème

 

  Une jeune puce insouciante

 Escaladait nonchalante

 La manche tricotée

 D’un vieil homme attablé.

  

Celui-ci, brusquement, leva son verre

 Dans une attitude familière,

 Bousculant la bestiole volage

 Qui plongea dans l’épais lainage.

  

Le calme revenu aux alentours

 Et profitant d’un contre-jour,

 La puce se remit à sauter

 Sous l’œil surpris du bonhomme amusé.

  

Etonné par son allure peu farouche

 Il l’examinait d’un œil louche,

 Evitant de trop bouger

 Ne voulant pas la déranger.

 

L'animal s’aventura jusqu’à la main

 Qu’il escalada d’un bond opportun,

 Atterrissant sur le pouce

 Qui frémit sans aucune secousse.

  

Le vieillard solitaire, en manque de tendresse,

 De la puce appréciait la joliesse,

 Admirait sa grâce coquine

 Et son allure mutine.

  

Il s’apitoyait devant sa petitesse,

 Son apparente faiblesse,

 Pouvait-elle devenir son amie

 Pensait-il attendri ?

  

La puce sautillait sur la peau accueillante,

 Souple et attirante.

 L’homme séduit, ravi,

 Etait heureux, déjà conquis.

    

La puce prenait ses aises,

 Un petit doigt lui servit de trapèze,

 Elle s’élança vers l’annulaire

 D’une savante pirouette dans les airs.

 

Le bonhomme voulu dans un élan de tendresse

 Lui donner une simple caresse.

 Il approcha doucement l’autre main

 Dans un geste incertain.

 

Du vieillard, le discret mouvement furtif

 effraya l’insecte craintif.

  La puce hésita à piquer

 Et d’un saut s’enfuit apeurée.

  

Accablé par sa maladresse,

 Le vieil homme, en grande détresse,

 contempla sa main désertée

 Par son amie soudainement envolée.

 

Effondré, il saisit la bouteille familière,

 Sans hésiter approcha son verre,

 L’emplit du liquide carmin

 Et dans l’alcool noya son chagrin.

 

 

                                                                                           Alain

 

  

Commentaires

Merci de ce tendre et joli poème qui à mes yeux a beaucoup, beaucoup de sens, entre autres : chacun trouve en chacun quelque chose s'il veut bien prendre la peine de regarder sans juger sur les apparences petit, grand, laid, beau... Bon été cher Ami Conteur (ici très chaud, comme partout je crois). A bientôt
Marie Claude

Écrit par : Marie Claude | 05 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Très bien pensé Marie Claude. Je pensais aux Fables de La Fontaine et bien voilà une morale toute trouvée.
Il est exact que l’on peut trouver de nombreux sens cachés dans ce poème. La puce a pris la caresse du vieil homme pour un geste agressif. L’amitié spontanée est décidemment bien difficile à obtenir.
La chaleur épargne modérément le nord de la France pour le moment, mais on a eu tellement froid longtemps que cela fait du bien. Heureusement, chez vous, la mer est proche pour se rafraîchir. Profitons donc de l’été dans notre beau pays.
A bientôt

Écrit par : Alain | 06 juillet 2010

J'eus beau chercher dans ma mémoire, je ne retrouvai point l'auteur ...

Je pensais à Prévert, évidemment ... pour le sujet, et le rythme.

Puis je lus, Alain, tout en bas.

Un talent de plus ! Bravo ...

Écrit par : Richard LEJEUNE | 06 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Le problème d'un poème est que cela prend du temps avant qu'il ne sonne juste. Et je ne suis jamais satisfait.
En parlant de cette puce, je pensais aux Fables de La Fontaine, mais Prévert, alors là c’est beaucoup trop…
Je vais voir les boîtes à onguent sur ton blog. Dans ta note de samedi, j’ai apprécié la qualité du travail de l’artiste qui a fait le portrait d’Inty.

Écrit par : Alain | 06 juillet 2010

Oh, mais Alain nous avait caché son talent à taquiner la muse Clio!!! De toutes les manières, lorsque l'on connait déjà votre talent d'écriture, on peut se douter que la rime devient un exercice agréable, parfois difficile mais toujours un renouveau dans la façon de s'exprimer!! Ce joli poème devrait s'intituler "l'amitié dans la solitude" Bien sûr, la peinture choisie ne correspond pas mais elle est si expressive que l'on ne peut que l'admirer après la lecture de "la puce" A bientôt Alain BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 07 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Et oui, chère Fan, j’aime taquiner la muse Clio parfois !
Ce n’est pas le premier poème que je publie dans le blog. Cela me change des récits sur la peinture. J’en profite, malgré tout, pour faire admirer une superbe toile de La Tour, peintre dont je ne me lasse jamais.

Écrit par : Alain | 09 juillet 2010

Bonjour, tableau plus poème c'est interessant , je ne connaissais pas ce tableau, merci pour le partage.
A bientôt Jocelyne ARTIGUE

Écrit par : artigue | 07 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jocelyne

Cette femme éclairée par une bougie en train d’écraser une puce est une jolie toile très représentative du style si particulier de ce peintre. J’y trouve cette forme d’humour qu’il utilisait parfois comme dans « La diseuse de bonne aventure » ou « Le tricheur à l’as de carreaux » du Louvre.
Paris consacra à La tour une exceptionnelle exposition il y a quelques années dont je me souviens toujours et dont je garde précieusement le superbe catalogue.

Écrit par : Alain | 09 juillet 2010

Bonsoir Alain

Je suis d'accord avec Richard, jai immédiatement pensé à Prévert
pour le déroulement narratif
et la musicalité
Mais avec le vocabulaire plus "colorié" du narrateur que tu es !

Bravo !
Quand je vois la lumière de De La Tour devines à qui je pense ? " soupirs" !
a+
Jacky

Écrit par : jacky | 07 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Enfin !

Je n'ai pas voulu, pour ne pas "la ramener" et faire mon "pontifiant", préciser mon commentaire.

Désolé, Alain, d'ainsi "attenter" à ta modestie ...

Mais c'est l'évidence même que le rythme auquel je faisais allusion, ton rythme ici, est bien plus proche des vers libres de Prévert que de La Fontaine, plus classique, ou à tout le moins, plus soucieux de, par exemple, conserver le même nombre de pieds dans ses vers.

Merci Jacky de l'avoir souligné.

Il est évident que le texte d'Alain, avec ses rimes, certes, mais aussi ses vers asymétriques - donc son rythme personnel - fait bien plus penser à Prévert qu'à Jean de La Fontaine, plus "laborieux", moins spontané ...

Écrit par : Richard LEJEUNE | 08 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Décidemment, je vais rougir une nouvelle fois. Je le sens, mes pommettes cuisent.
La Fontaine me venait à l’esprit en écrivant uniquement pour le côté animalier de cette histoire. D’ailleurs, Marie Claude a déjà trouvé une morale qui me convient. J’aurais pu la rajouter à mon texte.

Écrit par : Alain | 09 juillet 2010

Bizarre, pourquoi décortiquer un poème, surtout en faire un rapprochement avec Jacques Prévert!! Comme écrivait celui-ci '"on ne parle bien qu'avec le coeur" et un poème se "regarde" comme un "tableau" on aime ou n'aime pas pas!! Le sentiment doit agir avant l'intellect!!! C'est mon avis et je le partage!! BISOUS FAN
ps: Tu te souviens du Forum wanadoo????

Écrit par : FAN | 08 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas, chère Fan, ce qu'il y a de "bizarre", comme vous l'écrivez, à établir ce rapprochement avec Prévert. Parce que j'ai aimé son texte, ce ressenti qui fut mien était, en tout cas, dans mon esprit, tout à l'honneur d'Alain. Et je voulais simplement le lui faire savoir.


J'espère, Alain, que c'est bien dans ce sens que mes mots te sont arrivés ...

Écrit par : Richard LEJEUNE | 08 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir a tous !

J'adore quand les lecteurs discutent et échangent
C'est Vrai FAN que la première impression d'une Oeuvre d'art
doit faire surgir un sentiment ! c'est même le but principal

Cependant , je crois qu'il est bon de rappeler que toute
technique atistique est avant tout issue d'une école.
Quelque soit l'a forme d'art... en questions.

Si ce n'est pas le cas .. C'est un chef d'oeuvre qui fera
école et qui va créer un courant.

La beauté à ce niveau de création ne surgit pas ni du coeur
ni de l'intelligence mais d'un vrai travail à 90% qu'il faut relier
à l'apprentissage d'une technique.

OUi ! je sais ça fait pas du tout rêver... mon truc.!


C'est dans ce sens là que l'on peut relier certaines créations entre elles.

L'histoire de l'art est trés structurée. J'ai acquis la conviction
qu'elle a évolué sans auccun hasard et qu'elle a même un sens et un but l

Mais ! ce n'est jamais que mon humble avis !

J'espère que notre redacteur en chef ( Alain ) s'amuse bien à nous lire !
bonsoir à tout le monde
a+
Jacky

Écrit par : jacky | 08 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Fichtre ! Jacky, tu nous embarques dans un dialogue sur l’art qui peut mener loin !
J’aime bien moi aussi la discussion mais cette fois la réflexion est complexe : la technique dans l’art, l’art sans technique.
Moi je suis de ceux qui pensent, un peux comme Fan, que l’art est d’abord émotionnel, instinctif, ressenti. Les hommes préhistoriques, les civilisations antiques, s’exprimaient plus avec leurs sentiments qu’avec une technique issue d’une école. Et certains étaient des virtuoses. Richard nous montre régulièrement des dessins de grande qualité réalisés par des artistes sur des poteries ou autres supports.
Par contre, pour progresser, aller plus loin, le travail est souvent indispensable. Mais il reste de nombreux exemples d’autodidactes qui ont réalisé des œuvres maîtresses.
Un chef-d’œuvre fait-il école ? Peut-être si de nombreux artistes se reconnaissent en lui et qu’il devient un courant de pensée. Parfois, il est unique, une lumière dans la nuit imaginé par un cerveau génial.
Qu’est-ce que la beauté ? Le sens et le but de l’art ? Cela mène très loin.
Je laisse la place aux autres.

Écrit par : Alain | 09 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Je n’arrive pas à répondre individuellement à chacun ce matin dans ce foutu blog. J’envoie donc dans un seul commentaire des réponses séparées :

Jacky du 7 juillet :

Merci pour la comparaison avec Prévert Jacky.
C’est peut-être ton dernier poème montrant joliment la passion entre Modigliani et Jeanne Hébuterne qui m’a inspiré une poésie. Dommage que tu ne fasses pas de lien avec ton blog dans tes commentaires : http://poemesalacarte.unblog.fr/
Georges de La Tour est le grand maître français du clair-obscur. L’italien Le Caravage l’a influencé mais, chez lui, la lumière est si douce. On peut effectivement penser à quelqu’un d’autre…

Fan du 8 juillet :

Je constate Fan que tu as gardé le sens de la discussion des forums. Cela se perd maintenant dans les blogs.
Je ne peux qu’être d’accord avec ta réponse. Lorsque j’écris, prose ou vers, je le fais comme tu dis « avec le cœur ». L’essentiel à mes yeux, comme m’enseignait un prof de français autrefois est « Soyez simple, précis, concis ». Si les phrases ne sonnent pas justes ou sont trop ampoulées, le lecteur n’accroche pas et moi non plus.
Les poèmes de Jacky vont un peu dans le même sens de par leur simplicité, certainement voulue, sans que cela ne nuise à l’interprétation du texte.
Heureusement, chacun à son style propre.
Autre exemple : les textes de Richard, eut égard au sujet traité sur l’Egypte antique, sont fouillés, riches et solidement documentés, tout en restant très compréhensibles, et correspondent parfaitement à ce qu’il tente de nous faire connaître.
Le style de chacun s’adapte au sujet que l’on traite et l’on n’a pas la même liberté sur des sujets techniques que sur des récits comme les miens permettant une plus grande souplesse d’écriture même s’ils demandent aussi un solide travail de documentation.

Richard du 8 juillet :

Je vous comprends tous les deux Fan et Richard, et ce n’est pas contradictoire.
J’ai répondu à Fan et je sais, Richard, que tu n’as pas simplement voulu me faire plaisir dans ton commentaire mais que tu le pensais vraiment en lisant mon texte. Que dire de plus…
Finalement, ce qui me fait le plus plaisir est qu’un simple poème parlant d’une puce et d’un vieil homme ait pu susciter ainsi votre intérêt. De plus, cela m’a permis de montrer l’extraordinaire lumière de Georges de La Tour. Je suis comblé !

Écrit par : Alain | 09 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Alain

Que c'est bon tout ça ! tout ce qui est dit là !

Quand des jeunes me demandent des conseils sur la création artistique
j'attire leur attention sur la mise en valeur des émotions dans les formes les
plus simples, mais ce n'est évidemment qu'un premier pas.

Ton texte est trés réussi dans le sens où il exprime ce que tu es
tu inventes une histoire originale ( l'imagination )
tu la mets en scéne ( le conteur )
tu soignes le vocabulaire ( l'auteur )
D'accord ! tu l'as peut-être fait d'instinct
N'empêche que c'est un des fruits de ton histoire
qui t'a demandé finalement toute une vie de travail

J'essaie simplement d'argumenter...ma position... sur la discussion précédente
a+
Jacky

Écrit par : Jacky | 09 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Je comprends ce que tu veux exprimer.
Je travaille d’instinct mais je suis le fruit de ce que m’ont apporté les autres. C'est l’école dont tu veux parler.
Chacun à sa propre histoire et c’est ce qui fait notre personnalité. Et, comme nos prédécesseurs, nous apportons à notre tour notre petite pierre personnelle à la construction de ce vaste édifice qu’est l’humanité. Pas seulement sur un plan artistique.
J’ai des envolées lyriques ce matin. Le temps peut-être…

Écrit par : Alain | 10 juillet 2010

Cher Alain, je suis heureuse pour toi que "ta puce" ait crée tant de discussions!!! Clio, Calliope, Erato et moi même, hihihi, te remercions!!! Dans ma prime jeunesse, j'ai beaucoup aimé à lire "exercices de style" de Raymond Queneau, t'en souviens-tu? et "l'écriture automatique des "champs magnétiques" de Breton et Soupault, où, en duo, ils s'exprimaient librement au temps du "surréalisme" Chacun ses écoles, il est certain, la mienne fut éclectique et je me souviens sur le forum des intervenants qui critiquaient Pierre Brayard!! J'ai correspondu avec lui hors forum, un homme intelligent qui s'amusait bien!! son oeuvre picturale est d'une facture classique qui ne m'attire guère mais la manière de l'homme à de voir les humains, oui!!! Richard vient de créer un forum sur son site, iras-tu??Je pars en vacances, une semaine!! A bientôt si ton handicap visuel s'estompe, je vais bien sûr revoir tes autres poèmes, j'avais zappé, car ton récit sur Van Gogh prenait tout mon coeur!!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 10 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

ReFan, ben kesekesé??? bien sûr que j'avais déjà lu ta poésie, j'avais même laissé des coms!!! L'alzeimer nous joue des sacrés tours!! Il faut dire que ce n'est pas facile de tout concilier, la vie de retraitée est emplie de trop d'activités et faire plaisir à tous les amis (ies) bloggeurs, bloggeuses, on se mélange un peu les crayons!! A plus tard, BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 10 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Ce brave Van Gogh serait heureux de savoir que le récit de son court passage à Auvers prenait tout le cœur d’une blogueuse au 21e siècle. Décidemment cet artiste aura loupé sa vie terrestre, mais que sa vie extraterrestre est riche.
Je n’ai rien lu des livres dont tu parles. Il faut dire que jeune j’étais surtout intéressé par les grands auteurs du 19e que tout le monde connaît.
Bonne vacances

Écrit par : Alain | 11 juillet 2010

Bonsoir Alain

je passe te donner une info mystérieuse

Je vis une belle histoire avec Vincent et Théo
entre Auvers et Amsterdam

Cette histoire est tout a fait dans la réalité est n'a rien a voir avec l'imaginaire

J'attends d'avoir tous les éléments ( photos surtout )
pour faire un article sur mon Blog en septembre

Je trouve que c'est tout a fait l'endroit pour en parler
tu le connais si bien
Je n'ai qu'un regret, je pense que tu aurais aimer me suivre dans cette histoire un peu folle
j'espère t'avoir intrigué , c'est le but !
a+
Jacky

Écrit par : jacky | 13 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Difficile de ne pas comprendre que tu vas faire un tour à Amsterdam.
J’ai déjà fait ce chemin. Amsterdam est une belle ville pleine de charme qui va te ravir.
Bon voyage.

Écrit par : Alain | 15 juillet 2010

A very wonderful composition and it's really impressive. You really did well in constructing your sentences.

Écrit par : Academic Essay | 01 août 2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire