Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le poète de Noël

 

peinture, Van Gogh, roman Que les blés sont beaux

Vincent Van Gogh – Portrait d’Eugène Boch, août 1888, Musée d’Orsay, Paris

 

 

     Le 18 août 1888, dans une lettre à Théo, Vincent Van Gogh lui parle d’un ami belge, le peintre Eugène Boch, qu’il a rencontré à Arles :

« Je voudrais faire le portrait d'un ami artiste, qui rêve de grands rêves, qui travaille comme le rossignol chante, parce que c'est ainsi sa nature. Cet homme sera blond. Je voudrais mettre dans le tableau mon appréciation, mon amour que j'ai pour lui. Je le peindrai donc tel quel, aussi fidèlement que je pourrai [...]. Derrière la tête, au lieu de peindre le mur banal du mesquin appartement, je peins l'infini, je fais un fond simple du bleu le plus riche, le plus intense, que je puisse confectionner, et par cette simple combinaison la tête blonde éclairée sur ce fond bleu riche, obtient un effet mystérieux comme l'étoile dans l'azur profond ».

     Le 31 août, il rajoute dans une lettre :

« Eh bien, grâce à lui, j’ai enfin une première esquisse de ce tableau, que depuis longtemps je rêve – le Poète. Il me l’a posé. Sa tête fine au regard vert se détache dans mon portrait sur un ciel étoilé outremer profond, le vêtement est un petit veston jaune, un col de toile écrue, une cravate bigarrée. Il m’a donné deux séances dans une seule journée. »

     Ce portrait est, à mes yeux, le plus beau du peintre.

 

 

     Je remercie tous ceux d’entre vous qui ont gentiment répondu à mon appel, et cela me touche, en achetant ma récente publication QUE LES BLÉS SONT BEAUX dont les bénéfices seront reversés, comme je le mentionne dans le livre, à l’association RÊVES venant en aide aux enfants malades.

   Noël approche… Il est toujours possible de passer commande en cliquant sur l’image du roman en haut du blog.

     En ces veilles de fêtes, je sais que les romans historiques sont très recherchés : les choix se portent essentiellement sur les auteurs célèbres que tout le monde connaît et qui monopolisent cette rubrique Amazon dans laquelle l’art n’est guère représenté. Je vous suis donc d’autant plus reconnaissant de votre geste car je suis l’un des très rares auteurs de romans dont le récit est consacré essentiellement à un peintre.

     Je ne peux me retenir de mentionner une courte partie des très belles phrases qui m'avaient été adressées à l'occasion de la première version numérique du livre il y a presque deux ans :

 

« Alain n’existait plus. J’imaginais Vincent, narrant au fil des jours son retour de Provence, sa première journée auprès de Théo. J’entendais leurs rires près du portrait du Facteur Roulin. J’étais sans doute une petite souris cachée pas loin et qui rêvait des amandiers en fleurs qui ouvraient ce premier chapitre.

J’ai entendu déjà des historiens de l’art présenter des tableaux… ils savaient tout, ou presque, de leurs auteurs, de leur style, de ce et ceux qui pouvaient leur être comparés. Mais je n’avais jamais vu le peintre leur tenir la main, les guider dans leur analyse jusqu’à les remplacer.

Et si les larmes sont venues à la page 229, et que je les ai laissé couler, c’est que comme Alain, alors qu’il déposait le point final sur la dernière page du journal de Vincent, je venais de perdre un ami. »

     Encore merci Quichottine. Quel beau commentaire cela ferait sur le site Amazon du livre !

 

 

TRÈS HEUREUSES FÊTES DE FIN D’ANNÉE À TOUS AVEC UN SAPIN CROULANT DE CADEAUX

 

 

Commentaires

  • C'est vrai que je n'ai pas encore acheté la version papier, mais je le ferai bientôt. :)

    Merci d'avoir rappelé ce commentaire. J'étais sous le charme de tes mots.
    J'ignore s'il aurait une portée sur Amazon. Mais je vais y penser.

    Passe de bonnes fêtes de fin d'année Alain. Merci pour tes pages.

  • Chère Quichottine

    Tu sais bien que c’est toi qui m’as conseillé de publier une nouvelle version du livre sur Amazon. Je pense à Rebecca dont tu m’avais parlé qui atteint aujourd’hui les 10.000 en version numérique. Incroyable ! Cela ferait combien de Rêves pour les enfants ? Moi je ne rêve pas, le numérique ne marche pas pour le moment. La peinture n’est peut-être pas ce que recherchent ceux qui lisent sur tablette.
    Comment pourrais-je oublier le commentaire que tu m’avais laissé dans ma première édition. C’était le plus beau que je puisse rêver. Pour deux raisons qui m’avaient touché :
    - L’émotion que je ressentais dans tes lignes,
    - La perception que tu exprimais si bien de ma recherche du passionné que je suis qui voulait parler de peinture autrement que dans les monographies des spécialistes de l’art.
    Je passerais sur ton style d’écriture si sensible qui est ta marque de fabrique dans ton blog.
    Evidemment qu’un commentaire comme celui de l’article, qui n’est qu’une petite partie de celui d’origine, serait magnifique sur Amazon…
    Merci de m’envoyer ce message alors que tu es en pleins préparatifs de Noël. Je te souhaite à toi et ta famille un grand moment de bonheur.

  • Merci pour tout, Alain.
    J'espère que ton livre aura pourtant le succès qu'il mérite.
    Quand je l'aurai acheté là-bas, je pourrai y écrire un commentaire, et je le ferai.
    Que ton année soit belle et t'apporte le meilleur.

  • Encore merci Quichottine.
    J'espère que tu vas bien et que la nouvelle année a démarré très fort pour toi.
    Belle journée

  • Cher Alain,
    Me revoici revenue d'un voyage dans la famille de mon époux.
    Une pause sans Internet
    Je vais aller chercher mon édition de Que les Blés sont beaux.

    Je vous souhaite ainsi qu'à vos proches la plus belle année possible...
    2018 à été très rude à bien des égards pour de nombreuses personnes, à différents niveaux et 2019 arrive dans un contexte profondément troublé alors essayons de garder l'Espoir en nous, de cultiver cette fleur, dans un monde plus qu'ambivalent, en préservant ce qu'elle a de plus ardent.
    Je vous souhaite Alain une année 2019 pleine de joie, d'amour, de santé et de prospérité ! Que la chance soit au rendez-vous et que vos proches ne soient pas oubliés.
    Bien amicalement,
    Cendrine

  • Je vous remercie, chère Cendrine, pour vos vœux qui me touchent. Je ne vois pas que vous souhaitez de mieux pour 2019 que ce que je vous ai écrit dans votre dernier article : retrouver une santé qui vous échappe depuis si longtemps, afin de pleinement vous consacrer à ce que vous aimez : les beautés parisiennes, l’art et l’amour avec un grand A, puis écrire… écrire… écrire…
    Encore merci pour mon roman. J’espère qu’il ne décevra pas l’historienne de l’art que vous êtes. Je n’ai raconté, contrairement à beaucoup d’auteurs de romans sur l’art et sur Van Gogh, que la vérité sur la période d’Auvers. La correspondance de Vincent m’a bien aidé. Mais, chut ! c’est lui qui parle, je n’ai rajouté qu’un soupçon d’imagination.
    Amitiés.

  • J'ai oublié de vous dire combien je trouvais magnifiques les mots de Van Gogh au sujet du peintre Eugène Boch... Vraiment magnifiques!
    Cendrine

  • Vous comprenez pourquoi j’aime Van Gogh. Ces superbes phrases décrivant son ami Eugène Boch expliquent cette passion qui l’anime constamment dans ses écrits et sa peinture.

  • Je te remercie d'être passé sur FB pour me souhaiter une belle année 2019! Je viens à mon tour te souhaiter un belle inspiration de créativité pour cette nouvelle année afin que nous puissions rêver encore par tes partages de vie "privé" sur les artistes que nous aimons! j'espère qu'avec AMAZON, tu as eu de bons résultats!! Surtout garde une superbe santé et l'envie d'être heureux!! Bisous Fan

  • Merci, chère Fan, pour tes vœux. L’envie d’être heureux que tu me souhaites, nous la possédons tous. Pour certains comme Cendrine, c’est plus dur…
    Oublions cette année. Place à nos projets à venir. Pour moi ce sera un prochain recueil de nouvelles. En couleur cette fois…
    Amitiés.

Écrire un commentaire

Optionnel