Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 décembre 2015

L'oreille allemande

 

     Je me doutais bien que l’OREILLE allemande était différente de la nôtre ! Elisabeth Vigée Le Brun en fait la démonstration :

 

peinture,vigée le brun

Elisabeth Vigée Le Brun – Frederike Dorothea Luise Philippine von Hohenzollern, princesse Radziwill, 1802, collection particulière

 

 

« L’oreille est très nécessaire à bien étudier et à bien mettre à sa place, attendu qu’elle attache le col à la tête ; il faut le plus possible la faire d’une belle forme ; étudiez l’antique ou la belle nature.

On peut observer, par exemple, que généralement la nation allemande, et surtout la nation autrichienne, les a attachées plus haut qu’elle ne devraient l’être dans la position exacte, de même que l’emmanchement de son col est différent de celui des autres individus appartenant à d’autres pays. Il est large, gros, et prend très haut derrière l’oreille ; cette nation a le mastoïde très fort. Si l’on peint donc une allemande, on doit conserver ce trait caractéristique de sa nation, qui se trouve aussi dans l’ossement large de son front et dans ses joues assez ordinairement plates et étroites. »

 

 

Commentaires

Ben mince, je ne savais pas que j'avais l'oreille allemande!! je sais que les pommettes saillantes viennent de la Sibérie!! hihihi j'apprend tous les jours!!Vraiment Elisabeth Vigée Lebrun aimait s'intéresser à l'anatomie humaine et surtout les faciès!!Bravo! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 10 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Je ne sais si ces descriptions sont exactes. Elisabeth Vigée Le Brun voyageait beaucoup et, avec la pratique du portrait, finissait par connaître toutes les typologies européennes.
Les écrits de l'artiste m'intéressent toujours autant.

Écrit par : Alain | 11 décembre 2015

Écrire un commentaire