Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2013

Van Gogh écrivain : St-Rémy - 1. 9 mai/2 juillet 1889

 

 CORRESPONDANCE - EXTRAITS CHOISIS

 

peinture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausole

   Vincent Van Gogh –  Nuit étoilée, juin 1889, The Museum of Modern Art, New York

 

      Van Gogh a eu, à un degré rare, ce par quoi un homme se différencie d’un autre : le style. [...] Et tout, sous le pinceau de ce créateur étrange et puissant, s’anime d’une vie étrange, indépendante de celle des choses qu’il peint, et qui est en lui. Il se dépense tout entier au profit des arbres, des ciels, des fleurs, des champs, qu’il gonfle de la surprenante sève de son être. Ces formes se multiplient, s’échevèlent, se tordent, et jusque dans la folie admirable de ces ciels où les astres ivres tournoient et chancellent, où les étoiles s’allongent en queues de comètes débraillées ; jusque dans le surgissement de ces fantastiques fleurs qui se dressent et se crêtent, semblables à des oiseaux déments, Van Gogh garde toujours ses admirables qualités de peintre, et une noblesse qui émeut, une grandeur tragique qui épouvante.

 

                                                                                      Vincent Van Gogh, Écho de Paris, 31 mars 1891, Octave Mirbeau

 


Lettre à Jo – vers le 9 mai 1889

 

      peinture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausole   Vincent Van Gogh est entré, sur sa demande, à l’asile de Saint-Rémy installé dans les bâtiments de l’ancien monastère de Saint-Paul-de-Mausole. Le docteur Peyron, le médecin-chef, note : « Ce malade arrive de l’hôpital d’Arles où il était entré à la suite d’un accès de manie aiguë qui était survenu brusquement, accompagné d’hallucinations de la vue et de l’ouïe qui le terrifiaient. » 

Vincent Van Gogh –  Campagne montagneuse derrière l’hôpital  St Paul, juin 1889, Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague

 

      Fin avril, Johanna, la femme de Théo, a écrit à Vincent, son nouveau beau-frère, une lettre affectueuse qui pourrait ressembler à une lettre d'amour. Vincent, touché, lui répond :

 

Ma chère Soeur,

Merci beaucoup de votre lettre dans laquelle j’ai surtout cherché les nouvelles de mon frère. Et je les trouve très bonnes. Je vois que vous avez déjà observé qu’il aime Paris et que cela vous étonne plus ou moins, vous qui ne l’aimez point ou plutôt qui y aimez surtout les fleurs, tels que je suppose par exemple les glycines qui probablement commencent à fleurir. Ne pourrait-il pas être le cas qu’en aimant une chose on la voit mieux et plus juste qu’en ne l’aimant pas ?

Pour lui et pour moi Paris est certes déjà en quelque sorte un cimetière où ont péri bien des artistes que nous avons directement ou indirectement connus.

Certes Millet que vous apprendrez à aimer beaucoup et avec lui bien d’autres, ont cherché à sortir hors de Paris. Mais Eugène Delacroix par exemple, difficilement on se le représente “comme homme” autrement que Parisien.

Tout ceci pour vous engager – sous toute réserve il est vrai – de croire à la possibilité qu’il y ait à Paris des maisons et non pas seulement des appartements.

Enfin – heureusement vous êtes vous-même sa maison.

Il est assez drôle peut être que le résultat de cette terrible attaque est qu’il y ait dans mon esprit plus guère de désir ni d’espérance bien nets, et je me demande si c’est ainsi qu’on pense, alors que les passions un peu éteintes, on descend la montagne au lieu de la monter. Enfin ma sœur, si vous pouvez croire, ou à peu près, que tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes, alors vous pourrez croire peut-être également que Paris est la meilleure des villes là-dedans.

Avez vous déjà remarqué que les vieux chevaux de fiacre y ont des grands beaux yeux navrés comme des chrétiens quelquefois ?

Quoi qu’il en soit, nous ne sommes pas des sauvages ni des paysans et nous avons peut-être même le devoir d’aimer la civilisation (ainsi nommée). Enfin ce serait probablement hypocrite de dire ou croire que Paris est mauvais alors qu’on y vit. La première fois que l’on voit Paris il se peut d’ailleurs que tout y semble contre nature, sale et triste.

Enfin si vous n’aimez pas Paris, surtout n’aimez pas la peinture ni ceux qui directement ou indirectement s’en occupent, car ce n’est que trop douteux que cela soit beau ou utile.

Mais que voulez vous, il y a des gens qui aiment la nature tout en étant toqués ou malades, voilà les peintres ; puis il y en a qui aiment ce que fait la main d’homme et ceux là vont même jusqu’à aimer les tableaux.

Quoique ici il y ait quelques malades fort graves, la peur, l’horreur que j’avais auparavant de la folie s’est déjà beaucoup adoucie. Et quoique continuellement on entende ici des cris et des hurlements terribles comme des bêtes dans une ménagerie, malgré cela les gens d’ici se connaissent très bien entre eux et s’aident les uns les autres quand ils tombent dans des crises. En travaillant dans le jardin, ils viennent tous voir et je vous assure sont plus discrets et plus polis pour me laisser tranquille, que par exemple les bons citoyens d’Arles.

Il se pourrait bien que je reste ici assez longtemps, jamais j’ai été si tranquille qu’ici et à l’hospice à Arles, pour pouvoir enfin peindre un peu. Tout près d’ici il y a des petites montagnes, grises ou bleues, ayant à leur pied des blés très, très verts et des pins.

Je me compterai très heureux si j’arrive à travailler assez pour gagner ma vie, car cela me donne bien du souci lorsque je me dis que j’ai fait tant de tableaux et de dessins sans jamais en vendre. Ne vous pressez pas trop de trouver que ce soit là une injustice, moi je n’en sais rien.

En vous remerciant encore de m’avoir écrit et étant bien content de ce que je sache qu’à présent mon frère ne rentre plus dans un appartement vide quand il revient le soir, je vous serre la main en pensée et croyez moi,

 votre frère Vincent.

 

peinture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausole

Vincent Van Gogh –  Champs avec coquelicots, juin 1889, Kunsthalle Bremen, Brème

 

 Lettre à Théo – vers le 23 mai 1889

 

La peur de la folie me passe considérablement en voyant de près ceux qui en sont atteints, comme moi je peux dans la suite très facilement l’être.

Auparavant j’avais de la répulsion pour ces êtres et cela m’était quelque chose de désolant de devoir y réfléchir que tant de gens de notre métier : Troyon, Marchal, Meryon, Jundt, M. Maris, Monticelli, un tas d’autres, avaient fini comme cela. Je n’étais pas à même de me les représenter le moins du monde dans cet état-là.

Eh bien à présent je pense à tout cela sans crainte, c’est-à-dire je ne le trouve pas plus atroce que si ces gens seraient crevés d’autre chose, de la phtisie ou de la syphilis par exemple. Ces artistes je les vois reprendre leur allure sereine et crois tu que ce soit peu de chose que de retrouver des anciens du métier ? C’est là sans blague ce dont je suis profondément reconnaissant.

[…]

La salle où l’on se tient les jours de pluie est comme une salle d’attente 3e classe dans quelque village stagnant, d’autant plus qu’il y en a d’honorables aliénés qui portent toujours un chapeau, des lunettes, une canne et une tenue de voyage, comme aux bains de mer à peu près, et qui y figurent les passagers.

 

peinture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausole

Vincent Van Gogh –  Champ d’oliviers, juin 1889, Kröller-Müller Museum, Otterlo

 

 

      La santé de Théo est mauvaise. Il écrit à son frère : « Il y a bien longtemps que j’aurais dû t’écrire mais je ne pouvais pas formuler mes idées. […] Aussi ne suis-je pas sûr de pouvoir t’écrire comme je le voudrais, aujourd’hui, mais ma lettre partira tout de même, si ce n’était pour te dire que nous pensons souvent à toi et que tes derniers tableaux m’ont donné beaucoup à penser sur l’état de ton esprit quand tu les a faits. Il y a dans tous une puissance de couleurs que tu n’avais pas encore atteinte, ce qui constitue déjà une qualité rare, mais tu es allé plus loin et s’il y en a qui s’occupent de chercher le symbole à force de torturer la forme, je le trouve dans beaucoup de tes toiles par l’expression du résumé de tes pensées sur la nature et les êtres vivants que tu y sens si fortement attachés. Mais comme ta tête doit avoir travaillé et comme tu t’es risqué jusqu’à l’extrême point où le vertige est inévitable. »

       Il s’inquiète : « Avant ta guérison complète, il ne faut pas te risquer dans ces régions mystérieuses qu’il paraît que l’on peut effleurer mais non pénétrer impunément. »

  

Lettre à Théo – le 25 juin 1889

 

peinture,écriture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausoleLes cyprès me préoccupent toujours, je voudrais en faire une chose comme les toiles des tournesols, parce que cela m’étonne qu’on ne les ait pas encore faits comme je les vois. C’est beau, comme lignes et comme proportions, comme un obélisque égyptien. Et le vert est d’une qualité si distinguée.

C’est la tache noire dans un paysage ensoleillé mais elle est une des notes noires les plus intéressantes, les plus difficiles à taper juste, que je puisse imaginer. Or il faut les voir ici contre le bleu, dans le bleu pour mieux dire.

 

 

 

 

Vincent Van Gogh –  Cyprès, juin 1889, The Metropolitan Museum of Art, New York

 

Lettre à Théo – vers le 2 juillet 1889

 

Je te remercie également bien cordialement du Shakespeare. Cela va m’aider à ne pas oublier le peu d’anglais que je sais, mais surtout c’est si beau.

J’ai commencé à lire la série que j’ignore le plus, qu’autrefois étant distrait par autre chose ou n’ayant pas le temps, il m’était impossible de lire : la série des rois ; j’ai déjà lu Richard II, Henry IV et la moitié de Henry V. Je lis sans réfléchir si les idées des gens de ce temps-là sont les mêmes que les nôtres, ou ce qui en devient lorsqu’on les met face à face avec des croyances républicaines, socialistes, etc. Mais ce qui m’y touche, comme dans certains romanciers de notre temps, c’est que les voix de ces gens, qui dans ce cas de Shakespeare nous parviennent d’une distance de plusieurs siècles, ne nous paraissent pas inconnues. C’est tellement vivant qu’on croit les connaître et voir cela.

Ainsi ce que seul ou presque seul Rembrandt a parmi les peintres, cette tendresse dans des regards d’êtres que nous voyons soit dans « Les pèlerins d’Emmaüs », soit dans « La fiancée juive », soit dans telle figure étrange d’ange ainsi que le tableau que tu as eu la chance de voir, cette tendresse navrée, cet infini surhumain entrouvert et qui alors paraît si nature, à maint endroit on le rencontre dans Shakespeare.

[…]

La dernière toile commencée est le champ de blé où il y a un petit moissonneur et un grand soleil. La toile est toute jaune à l’exception du mur et du fond de collines violacés.

 

peinture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausole

    Vincent Van Gogh –  Champ de blés avec faucheur et soleil, juin 1889, Kröller-Müller Museum, Otterlo

 

 Lettre à Willemien – vers le 2 juillet 1889

  

Je suis assez absorbé dans la lecture de Shakespeare que Theo m’a envoyé ici où j’aurai enfin le calme nécessaire pour faire un peu de lecture plus difficile. J’ai pris d’abord la série des rois, ces drames-là m’étaient le plus inconnus. As tu jamais lu Le Roi Lear ? Mais enfin je crois que je ne t’engagerai pas trop à lire des livres si dramatiques alors que moi-même revenant de cette lecture, suis toujours obligé d’aller regarder un brin d’herbe, une branche de pin, un épi de blé pour me calmer. Ainsi si tu veux faire comme font les artistes, regarde les pavots blanc et rouge avec les feuilles bleuâtres, avec ces boutons s’élevant sur des tiges à courbes gracieuses. Les heures de trouble et de combat viennent bien nous trouver sans qu’on aille les chercher.

 

peinture,van gogh,saint-rémy,saint-paul-de-mausole

Vincent Van Gogh –  Iris, mai 1889, Getty Center, Los Angelès

 

 

Commentaires

Au fil des mois, il se cache toujours bien, au creux des lettres que tu nous proposes dans cette série si passionnante, l'une ou l'autre phrase que j'épingle.
Pour des raisons diverses, d'ailleurs.

Ce matin, dans cette description de Paris, ou plutôt dans le ressenti personnel qu'en expose Vincent à sa belle-soeur, j'ai retenu ce regard sur la capitale, bizarre, décalé, inattendu et probablement lourd de sens intéressant à psychologiquement décrypter :

"Avez vous déjà remarqué que les vieux chevaux de fiacre y ont des grands beaux yeux navrés comme des chrétiens quelquefois ? "

C'est beau et étrange à la fois ...

Écrit par : Richard LEJEUNE | 04 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Curieuse phrase effectivement… Ce n’est pas la première fois que Vincent l’utilise dans ses courriers. Elle pourrait faire l’objet d’une dissertation philosophique.
Cette phrase semble exprimer quelque chose d’important pour le peintre car il la ressort dans une réponse à la lettre de Jo emplie de tendresse dont je parlais dans mon précédent article. Il aurait pu lui répondre sur un même ton affectueux. Au lieu de cela, il parle de Paris longuement, de sa maladie, des fous qui le regardent peindre (métaphore sur les beaux yeux navrés des vieux chevaux de fiacre ?), puis cette phrase à nouveau, seule…
La simplicité des mots du peintre cache souvent des sens inattendus plus complexes.

Écrit par : Alain | 16 mars 2013

C'est toujours aussi beau - et triste cependant - de lire ces lettres aussi inspirées que tourmentées. Merci de nous donner à voir aussi les tableaux qui leur correspondent.

Écrit par : Carole Chollet | 04 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Dans cette période difficile pour Van Gogh, sa tristesse ne nuit pas à la beauté de son œuvre. Il peint en juin cette « Nuit étoilée » qui est certainement la toile la plus connue et la plus commentée du peintre.

Écrit par : Alain | 16 mars 2013

Intrigué, je l'étais déjà. Mais si en plus tu me dis qu'il a déjà écrit cette phrase précédemment dans une autre missive, je suis encore plus interpellé !
Non seulement ses propos mais aussi leur récurrence pourraient, tu as raison, ouvrir la porte à une "dissertation philosophique", voire même à une étude approfondie d'un psy !

Écrit par : Richard LEJEUNE | 05 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Dans de nombreuses lettres Vincent fait allusion aux chevaux, de fiacre ou pas.
J’en donne deux assez caractéristiques de sa pensée :

15 novembre 1878

A cette période, il vit en Belgique à Lacken, est très croyant, et souhaite devenir évangéliste dans le Borinage. Il parle à son frère d’une aquarelle tirée d’une série « La vie d’un cheval ». Il dit que le cheval paraît épuisé par une longue vie de travail. Il attend là sa dernière heure, avec patience et résignation, avec courage aussi et, si j’ose dire, avec fermeté, à l’instar de la Vieille Garde qui disait : « la garde meurt mais ne se rend pas. »

21 mai 1888

On se sent cheval de fiacre alors qu’on préférerait être sauvage libre dans la prairie en compagnie d’autres chevaux et bien sûr de juments. Nos maladies viennent de là, de notre aliénation. Comme les chevaux de fiacre, on est triste et abattu, accablé par notre sort et toute l’énergie perdue se transforme en mauvais sang. Même si on ne se révolte pas, on n’est pas résigné non plus, c’est le corps qui souffre. Heureusement, notre croyance en l’art, à la poésie.

Intéressant sur un plan psychologique. Dans la phrase dont on parle, il fait le rapprochement entre les yeux navrés des chevaux et ceux des chrétiens.

Écrit par : Alain | 16 mars 2013

Merci pour cette très belle découverte. Bonne journée

Écrit par : Fethi | 07 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Découverte de Van Gogh ou du blog ?
Excellente journée

Écrit par : Alain | 16 mars 2013

J'ai moi aussi été frappé par cette image de cheval de fiacre vieux et usé par le labeur avec son regard fatigué. Une façon pour Van Gogh d'exprimer son mal être.

Écrit par : Louvre-passion | 07 mars 2013

Répondre à ce commentaire

C’est tout à fait cela. Dans l’esprit du peintre ce vieux cheval de fiacre symbolise la maladie, le mal-être qui le fait souffrir. Il ne perd pas l’espoir : « Heureusement, notre croyance en l’art, à la poésie. »

Écrit par : Alain | 16 mars 2013

Bonjour Alain

Oui, tellement plus que d’être simplement regardée, ses œuvres demandent à être « vécues ».

Magnétiques, vibrantes, elles assujettissent notre âme en quelque sorte. Sa Peinture, sa technique, tire l’âme par le fil du regard, elle l’emporte tantôt dans la tourmente de sa « nuit étoilée » tantôt dans le lent chamboulement de sa « Campagne montagneuse derrière l’hôpital St Paul ».

Et le vent qui ébouriffe son « Cyprès » bataille les sens, la flamme de verdure s’engouffre dans nos narines où elle exhale son parfum stimulant et boisé jusqu’aux tréfonds de l’esprit. Un feu de joie végétal.

La peinture de Van Gogh donne envie de faire de la poésie. Mais ses mots, eux, donnent envie de tendre les bras à travers le temps, de le remonter, de poser sa main sur son épaule et lui dire, lui partager, lui témoigner combien sa peinture, aujourd’hui, a réussi à touché sincèrement plus d’une âme. Cette lettre recèle une grande tristesse, amplifiée je crois par l’immense douceur avec laquelle il pose ses mots.

Et je me dis, aujourd’hui, à côté de quels artistes extraordinaires sommes-nous en train de passer, sans un regard, avec dédain, qui seront peut-être louangés demain ?...

Très bon weekend
Amitiés

Écrit par : Esperiidae | 05 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Alors là, effectivement, tu te lâches ! Tu vas bientôt égaler Mirbeau dans la description poétique de l’œuvre de Vincent.
Comme toi, à la lecture de sa correspondance, j’ai souvent envie de poser ma main sur son épaule et lui dire : « T’en fait pas, vieux, contrairement à ce que tu crois, ta vie est une réussite totale. Un siècle après, tu nous permets de rêver et de poétiser devant chacune de tes toiles. Merci Vincent ! ».
Aujourd’hui, je n’ai guère d’idée sur l’art contemporain, en matière picturale, que, souvent, je comprends assez mal. Mais il y a certainement, comme dans tous les arts, de grands artistes que l’on ne voit pas, ou pas encore…
Bon week-end. Le printemps arrive paraît-il…

Écrit par : Alain | 06 avril 2013

Écrire un commentaire