Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Meilleurs voeux 2021

 

Klimt

Gustav Klimt - Le baiser, 1908, Österreichische Galerie Belvedere, Vienne, Autriche

 

Que vous dire ? Toujours les mêmes phrases me revenaient : santé, amour, bonheur, paix, culture, prospérité... J’étais à court d’idées originales…

J'allais renoncer lorsque mon ami Victor Hugo est venu à mon secours. Il m’a soufflé l’essentiel, et il s'y connaît : ce qu’il faudra mettre en pratique au plus vite, sans attendre d'obscures décisions gouvernementales, dans le courant de cette nouvelle année :

 

 

Oh ! de mon ardente fièvre

            

Oh ! de mon ardente fièvre
Un baiser peut me guérir.
Laisse ma lèvre à ta lèvre
S'attacher pour y mourir.

Ta bouche, c'est le ciel même.
Mon âme veut s'y poser.
Puisse mon souffle suprême
S'en aller dans un baiser !

 

Victor Hugo - Recueil Dernière Gerbe (Posthume, 1902)    

 

Commentaires

  • Ohh je me disais aussi pourquoi les conseils de Victor?? Je comprends mieux!!!!!!!!!Ahhh il est certain que je plains nos jeunes qui peuvent être frustrés de ne pas pouvoir suivre Hugo!! Bisous Fan

  • Dans FB il faut cliquer sur l'image pour voir de quoi je parle.
    Je pense que cette année cela devrait pouvoir se faire. Tu pourras faire des bisous à tout le monde.
    BISOUS.

  • Quelle excellente initiative, Alain, de citer Hugo : il me semble bien oublié à l'heure actuelle, mis à part, évidemment, ses écrits et prises de position politiques. Quant à sa poésie, ne serait-elle pas fort ignorée de nos contemporains ?

    Très jeune, à la (pré) adolescence, je fus inscrit d'autorité par mes parents aux cours de déclamation française, puis, vers 16 ans, d'art dramatique au Conservatoire de la ville où j'étudiais alors, par précaution, affirmèrent-ils, de m'éviter d' "emprunter" l'accent qu'ils jugeaient déplorable de la ville dans laquelle ils venaient de s'installer.
    Indépendamment du fait qu'un temps je me crus le nouveau Gérard Philipe qui ferait les beaux soirs du Festival d'Avignon, très vite,je fus familiarisé avec les grands poètes français dont je récitai les vers aux concours de fins d'années qui se succédèrent jusqu'à mes 18 ans sur la scène du Grand-Théâtre.
    L'impulsion était donnée, le reste suivit : l'enseignement du français et sa littérature, puis la retraite, 35 années plus tard, puis le blog et les pages FB ...
    Et cet amour des "Belles Lettres" m'est resté rivé au corps .....

  • Tu aurais donc pu devenir notre Gérard Philippe Belge.
    Hugo, avec Baudelaire, est certainement mon poète préféré. J’oublie Rimbaud et Verlaine, mais bon…
    J’ai un dossier avec les poèmes de Hugo que je préfère. Je pioche dans ses recueils. Surtout les poèmes courts, plus rapides à lire pour moi. Les longs sont évidemment excellents mais cela prend plus de temps. Il faut faire un choix.
    J’aime les contemplations qui est souvent un hommage à sa fille Léopoldine morte noyée. Il y en a tellement, c’est un géant.

Écrire un commentaire

Optionnel