Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Luberon

 

 

      Que diriez-vous d’un balade dans le Lubéron ? Oui ? Alors suivez-moi !

 

      La Provence… Cette région du sud-est de la France, nichée entre mer et montagne, évoque tant de choses : un soleil que les gens du Nord jalouse, des parfums de lavande, le crissement des cigales, des villages de cartes postales, d’innombrables vestiges romains, l’accent coloré des habitants, et puis cette mer aux mille nuances de bleus et de verts que la lumière modifie sans cesse.

      Cette terre de douceur m’attire irrésistiblement presque tous les ans. Je réside loin d’elle, mais je sens, lorsque j’y vais, que je suis chez moi dans cette région. Quelque chose d’agréable s’agite au fond de moi et je suis bien.

      Je la connais d’Ouest en Est cette Provence : elle étire un vaste panorama qui part de la Camargue et son univers de flamands roses, taureaux noirs et chevaux blancs, suit les pas hallucinés de Van Gogh entre Arles et Saint-Rémy-de-Provence, s’accroche aux calanques sauvages nichées entre Marseille et Cassis, et se termine non loin de la montagne Sainte-Victoire, immortalisée par Cézanne, à Aix-en-Provence.

      Enfin… je croyais bien la connaître cette Provence ! Pourtant, une zone de paysages accidentés située en plein cœur de celle-ci m’était inconnue : le Luberon, parc naturel régional, à mi-chemin entre les Alpes et la Méditerranée, une barrière montagneuse parsemée de villages hauts perchés, ravins profonds, falaises ocrées, collines calcaires et maisons de pierre sèche.

      Un séjour récent m’a permis de faire enfin connaissance avec ce Luberon. J’ai été séduit. Mon appareil photo a rarement autant chauffé. Je vous propose de partager avec moi quelques-uns des meilleurs clichés que j’ai ramenés dans mes bagages.

  

 

GORDES

 

      Il faut reconnaître que lorsque l’on se trouve face à cette ville qui touche le ciel, avec ses pierres patinées par le temps, on sait de suite qu’il s’agit d’un des plus beaux villages de France.

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

      D’ailleurs, un cycliste qui passait sur la route faillit bien se flanquer par terre devant ce spectacle.

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

     

 

      En marchant dans les ruelles pavées du village, de nombreuses échappées entre les maisons s’ouvrent sur la montagne qui lui fait face. Il doit faire bon vivre à cet endroit, m’étais-je dit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 LE VILLAGE DES BORIES

 

      Proche de Gordes, j’ai passé un long moment dans l’original village des Bories.

      L’origine de ces habitations remonterait aux Ligures qui peuplaient la région plusieurs siècles avant notre ère. Dans le pays, on appelait familièrement ces curieuses maisons bâties en pierres sèches, sans mortier, des « cabanes gauloises ».

      Ces habitats traditionnels ont traversé le temps puisqu’ils furent habités constamment à diverses époques jusqu’au début du 19e siècle.

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

      luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillonCurieux, je suis entré dans toutes les maisons composant ce village minéral construit avec des pierres trouvées sur place : feuilles de calcaire se détachant du rocher ou pierres des champs. On les appelait « Lauzes ». D’environ 10 centimètres d’épaisseur, elles étaient assemblées sur plusieurs rangs de plaquettes afin de former des murs épais.

      D’aspect ovoïdes ou carrées, ces maisons neluberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon comportent le plus souvent qu’une seule pièce et une ou deux étroites ouvertures. A l’intérieur, des cavités aménagées dans l’épaisseur des murs servent de placards ou de rangements. Le plus étonnant est que la température y demeure constante en toutes saisons.

 

 

 

 

 

 

       Cette vaste aire à l'entrée du village servait à battre le blé ou, parfois, les jours de fêtes, à danser.

 luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

             luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

      Remise à outils ou cellier

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

     

 

 

                                                                           Une bergerie.

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

      Un four à pain qui semble encore prêt à servir.

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

      On stockait également le vin.

 

 

 

 

 

 

      luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillonJ’imagine quelques habitants du village assis sur ce banc le soir, après leur journée de travail, humant le souffle du mistral avant de rentrer à l’abri de leur cabane pour la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

SAIGNON

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

       Autre village haut perché dont le rocher déchiqueté par le vent laisse apparaître le cône pelé du Mont Ventoux au loin.

       luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

      Un moulin à huile troglodytique que le temps a difficilement conservé.

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon 

 

 

      On peut toujours rêver ! Ma femme tente vainement de pousser avec ses petits bras cet immense rocher. L’homme paraît bien fragile face à la nature…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

     

 

      Quelques fleurs sauvages apportent une note colorée dans ce décor sévère.

 

 

 

 

 

 

        Ouf ! Une charmante placette, au cœur du village, nous apporte un rafraîchissementluberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon mérité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PONT-JULIEN

 

      luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillonJe ne sais de quelle nationalité était ce couple de jeunes touristes. Allemand ? Peut-être hollandais ? J’étais seul avec eux au pied de ce pont romain, vestige de l’antique voie Domitienne. Ils me tendirent leur minuscule appareil numérique : « Merci ! Photo de nous devant pont ! Appuyez ici ! ». Ce fut vite expédié : un cliché en largeur montrant le pont en entier, un autre dans le sens de la hauteur cadrant le couple tendrement enlacé, un sourire béat les unissant. « Très beau ! Merci !dirent-ils, satisfaits d’avoir été  immortalisés devant cette ruine ancestrale. »

      J’en profitai, avant de partir, pour garder, moi aussi, un souvenir de ce pont sous lequel coule le Coulon, ce jour là à sec, dont le débit d'eau peut être très important, occasionnant de fortes crues. Je le trouvais encore bien conservé malgré ses 2000 ans.

 

 

 

 

 

 

   L’ABBAYE DE SENANQUE

 

      Ce lieu m'a laissé une sensation d’enchantement !

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

       Niché dans un vallon loin du bruit de la civilisation, ce monastère, fondé en 1148, est un témoin de l’architecture cistercienne primitive.

      En fin de journée, une lumière mystique l’enveloppait. La lavande envoyait des tonalités violines sur les murs gris.

 

 

LE COLORADO DE RUSTREL

 

      Un western !

      On se serait cru dans ces vieux films en technicolor tournés dans des régions désertiques et poussiéreuses de l’Amérique d’autrefois. J’ai même cru, un instant, apercevoir la tête d’un indien derrière une colline, puis disparaître, certainement pour prévenir sa tribu de notre présence. Heureusement, mon scalp est encore sur ma tête !

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

          La jeune femme au centre paraît bien seul dans ce décor sauvage.

  

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon     

 

L’ocre est une substance mystérieuse. Ce Colorado à Rustrel nous renvoyait des couleurs somptueuses : du jaune le plus lumineux au rouge le plus profond, en passant par toutes les teintes intermédiaires d’orangés.

      Au coeur du massif des ocres du Lubéron, ce site est grandiose. Ancienne carrière à ciel ouvert, il fut industrialisé au 19e et 20e

      Devant moi, s’unissaient l’émouvant résultat de l’activité humaine de plusieurs générations d’ocriers et l’érosion de la nature.

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

      Un désert de sable : sorte de Sahara blanc coincé entre des pics aux formes fantastiques verdoyants ou rougeâtres.

 

 

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

 

      Ne se croirait-on pas sur les pentes d’un glacier ?

 

 

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon      

 

     Etranges cheminées ? 

 luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

LE VILLAGE DE ROUSSILLON

 

      J’ai gardé ce village perché pour la fin. Il ne peut qu’inspirer les peintres.

      Cette fois, les humains ont utilisé la vivacité des couleurs de l'ocre pour en badigeonner les murs de leurs maisons. Le résultat est somptueux.

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

       L’entrée du village me rappelle le Colorado que je viens de quitter.

 

 luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

      Les maisons entremêlées révèlent une palette de couleurs chaudes, toutes en nuances, composant un tableau de rêve.luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon  

 

 

 

 

 

 

                                                       Ruelles 

 

 

 

 

 

 

          Maisons pittoresques.

 luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

 

 

         luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 

 

   

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

       Au-dessus du balcon de la mairie, l'ombre des drapeaux s'empourpre au contact de l'ocre rosé.

 

 luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

 

 

 

 

      Un clocher, planté dans un ciel d’un bleu profond, indique encore l’heure de mon passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

      La star du village ! Cette porte ancienne peinte par un artiste était mitraillée sous tous les angles. J’ai même failli en venir aux mains avec un touriste japonais qui s’obstinait à monopoliser l’image de la porte avec sa petite amie plantée devant.

 

 

      Il restait beaucoup de choses à explorer dans cette superbe région. Je n’en ai pas eu le temps. Néanmoins, je pense avoir montré un aperçu intéressant de la richesse de ce petit coin de Provence dont on ne parle pas assez.

      Avant de vous quitter, je vous offre en prime :

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

       Un lever de lune sur le Lubéron.

 

luberon,provence,gordes,bories,saignon,rustrel,roussillon

       Un coucher de soleil au même endroit.

 

 

       Le Lubéron vous a plu ?  Venez le voir. Vous ne serez pas déçu.

 

                                                                                         Alain

 

 

 

Commentaires

  • Nous voici à bien des lieues des Pays-Bas. Mais que de souvenirs cette région du Vaucluse me rappelle...

    Tout jeune enseignant, c'était, avant mon mariage, mon lieu privilégié de vacances pour deux raisons : le Festival d'Avignon que je suivais intensément ; puis la possibilité de trouver à ma convenance vestiges romains et châteaux médiévaux que j'immortalisais sous forme de diapositives pour mes cours d'Histoire ...
    L'art aussi était de prime importance : Saint-Paul de Vence et la fondation Maeght, Picasso au Palais des Papes et puis, bien sûr, Gordes et son musée Vasarely sur lequel, aujourd'hui tu ne dis mot.
    Je présume que c'est pour mieux nous réjouir lors d'un futur article ...

    Merci Alain d'avoir évoqué ce pays ensoleillé alors qu'ici - en Belgique à tout le moins - c'est depuis juillet pluie et ciel gris qui dominent.

  • Cette région devait être un lieu béni pour un jeune professeur comme toi en quête d’art et d’histoire.
    Gordes est une bien belle ville proche de ce ciel azuré qui l’enveloppe. En ce qui concerne Vasarely, je ne connaissais pas ce musée pour la bonne raison qu’il a fermé depuis 1996. De toute façon, mon but était une simple balade touristique dans une région que je découvrais.
    Pour le soleil, ici nous ne sommes pas plus gâtés qu’en Belgique. C’est à croire que ce foutu astre ignore que les gens du Nord en ont également besoin. Et les mois qui arrivent ne sont guère réjouissant…

  • Quand la nature sort ses pinceaux, elle offre les plus beaux tableaux du monde.
    Violet, couleur mystique par excellence, les lavandes de Sénanque sont plus que des lavandes, une manifestation spirituelle.
    Merci pour ce beau reportage sur une contrée que je connais bien, une bonne partie de ma belle-famille y habite.

  • Quelle chance vous avez Tilia d’avoir de la famille dans ce merveilleux coin de France qui a tant inspiré les poètes et les peintres. J’ai d’ailleurs vu sur votre blog que vous parlez souvent d’Avignon.
    Il est vrai qu’à Sénanque, des parfums mystiques flottent dans l’air, surtout en fin de journée quand les ombres, si chères aux peintres, bonifient les couleurs.
    Cette région enchanteresse, cramoisie de soleil, m’a séduite au point que j’ai eu envie de montrer ces quelques photos éclatantes de cette lumière provençale si particulière.
    Les chefs-d’œuvre produits par la nature ne seront jamais égalés.

  • Bonjour Alain
    Quelle belle visite guidée :-)

    Je connais pas trop mal la région, pour y avoir été quelques années durant, lorsque ma maman habitait un petit hameau, près d'Apt. J'ai pris un plaisir immense à "revoir" les paysages, les couleurs, à y entendre le chant des cigales, à en sentir la fragrance de la lavande... jusqu'au souvenir des chaussettes impossible à laver après une escapade dans le colorado :-).

    C'est dans ce coin que ma maman a épanoui sa peinture.

    Merci pour cet agréable billet
    Amitiés

  • Décidemment, tout le monde semble bien connaître le Lubéron, sauf moi il y a encore peu de temps ! Ce n’était pas la peine que je me décarcasse à montrer ses meilleurs sites !
    Je suis passé à Apt, mais sans m’arrêter. Je suis heureux de t’avoir permis une réminiscence de ces coins enchanteurs. L’ocre du Colorado doit être effectivement tenace sur les chaussettes ! J’étais en nu-pieds. Plus facile à laver.
    Si tu as une mère peintre, je comprends que l’explosion des couleurs de cette région ait pu l’inspirer et épanouir sa peinture.
    Je suis passé à la maison familiale de Paul Cézanne à Aix-en-Provence. Il va falloir que je sorte un récit sur cette montagne Sainte-Victoire qu’il a tant aimée. En parlant de Cézanne, il y a une belle expo qui vient de démarrer à Paris au Musée du Luxembourg (cela me rappelle la belle inconnue du Luxembourg de ton dernier enregistrement).
    A bientôt.

  • Si, si Alain, c'était bien la peine ! Votre reportage sur le village des bories (que je n'ai pas encore visité) m'a hautement intéressée. Si ce sujet vous passionne le site pierreseche.com est fait pour vous.
    Bonne fin de semaine et à bientôt

  • Ouf ! Je suis rassuré.
    Merci Tilia.

  • merci pour ce regard sensible et proche de la nature, je fais un lien vers chez vous
    à bientôt !

  • Merci. A bientôt Caro.

  • Merci Alain pour les photos du Colorado français et le Roussillon!!Lorsqu'en 2006, je vivais à Nîmes, je n'avais qu'une idée c'était celle d'aller voir toutes ces merveilleuses ocres!! J'y suis allée et je fus enchantée par ce miracle de la nature mais pas fait de photos (pas d'appareil et pas de tél portable photo) Grrr... Il te faudrait, la prochaine balade, visiter les Cévennes et l'Ardèche et...... les calanques!!Bref, il y a tellement de merveilles en France, Excuse-moi d'être si chauvine et encore merci pour les belles prises de vue!!! BISOUS FAN

  • Tu aurais du rester à Nîmes Fan, cette région est tellement riche et belle.
    Comme toi, les ocres du Colorado et de Roussillon m’ont éclaboussé les yeux. Avant d’y aller, je n’aurais jamais pensé trouver une telle symphonie de couleurs dans un décor de rêve. Inoubliable…
    Je garde ton idée de balade dans les Cévennes et l’Ardèche, encore des régions que je connais peu. La France est trop grande pour mes petites jambes !
    Bon dimanche

  • Pour ma part je ne connais pas le Lubéron mais ton reportage photo et ton texte donnent envie de l'inscrire sur ses tablettes pour un futur séjour en Provence.

  • Je ne peux que conseiller ce coin un peu moins fréquenté que le reste de la Provence. Attention, cela grimpe pas mal…

  • Bonjour Alain,

    Merci pour cette promenade pleine d'humour qui me rappelle également de récentes vacances dans cette magnifique région reposante, odorante et remplie de sublimes et très variés paysages. Et puis, ça permet de penser aux futures vacances... Ca fait du bien au moral !

    Bises.

    Valérie.

  • Je sais que, toi aussi, tu as apprécié cette région si pittoresque, loin des pérégrinations annuelles des vacanciers vers la « grande bleue ».
    Comme tu le dis, la vision de ces paysages aux coloris somptueux fait du bien au moral avant de retrouver la grisaille habituelle qui enveloppe nos régions une bonne partie de l’année.
    Courage ! Tes grandes vacances prochaines ne sont que dans 9 mois… Je m’excuse pour cette cruauté de très mauvais goût.

  • Bonsoir Alain

    dans cette région je ne connais que certainse villes comme Orange Carpentras...etc

    Je ne connais pas ces beaux villages, mais tes photos donnent envie de les voir.

    A bientôt.
    Jacky

  • Le Lubéron mérite un large détour, et même une exploration plus précise comme je l'ai fait.
    Je t'en aurais donné un aperçu.

Écrire un commentaire

Optionnel