Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juin 2016

Berthe Morisot, modèle d'Edouard Manet

 

Un noir joyeux

 

 

 

   Jeudi 3 mai 1883

 

     Je ne le reverrai plus…

    Accompagnée d’un soleil déjà chaud à cette heure matinale, une foule nombreuse est venue lui rendre un dernier hommage.

    Toute la famille Manet et des amis entourent le cercueil au cimetière parisien de Passy. Quelques curieux et des amateurs d’art circulent dans les allées. Les amis d’Edouard portent les cordons du drap mortuaire : Antonin Proust, Claude Monet, Emile Zola, Alfred Stevens, Fantin-Latour et Théodore Duret. Rudolf Leenhoff, son beau-frère a sculpté la pierre tombale.

     - Tenez-vous à mon bras Berthe, me dit Renoir debout à mes côtés.

    Trois jours que je porte le deuil. Ma détresse est profonde. Tout s’est passé si vite. Depuis plusieurs années, j’assistais, impuissante, à la terrible maladie d’Edouard. Il y a une dizaine de jours un docteur avait décidé l’amputation d’une jambe, ce qui n’avait eu pour effet que d’augmenter les souffrances du malade. Chaque jour, avec Eugène, nous venions le voir. L’agonie avait été cruelle.

     J’aimais cet homme, ces moments d’intimité joyeuse où il me racontait tout ce qui lui passait par la tête, les longues heures de pose offerte à son regard malicieux, nos fous rires.

     Quinze années déjà…

 

 

Lire la suite

07 février 2016

Les années Argenteuil

 

Portrait : Claude Monet La femme à l’ombrelle, 1875 

  

 

     Claude Monet se plait à Argenteuil où il est installé avec sa récente femme Camille, ils sont mariés depuis à peine cinq années, dans une petite maison depuis l’hiver dernier. Il peint comme jamais jusqu’ici.

     Les années 1870 sont une grande mutation dans son art. Le peintre ne s’intéresse plus qu’à la lumière. Tout devient vibration. Le plein air est son unique atelier, son seul maître devient la nature. Son inventivité est extrême pour saisir le motif sous tous ses aspects, découvrir le ton qu’il n’avait pas perçu. Il pose de simples virgules de couleurs pures directement sur la toile. Son oeil a changé, il recompose le paysage qui est saisi avec les accidents que l’atmosphère lui donne. Il le réduit à l’essentiel.

     Monet peint quelque chose de nouveau. Sait-il lui-même ce qu’il peint…

     Comme Daubigny autrefois sur son atelier flottant le « Botin », il possède, lui aussi, un bateau-atelier qui lui permet de naviguer, de peindre l’eau, les berges, les ponts, les péniches. Tout ce qu’il voit l’inspire et l’éblouit…

     Argenteuil, la Seine, les jardins, fournissent à Monet d’innombrables sources d’émerveillement. Les ciels de l’artiste n’ont jamais été aussi bleus que ceux d’Argenteuil.

     Camille est sa joie de vivre. Il la surprend partout.

     Dans le jardin avec Jean, se plantant une fleur dans les cheveux…

   Seule, au détour d’une allée, à la fin d’une belle journée d’été au moment où les ombres prennent une teinte bleutée…

     Pensive, dans l’encadrement d’une fenêtre…

     Brodant devant un massif fleuri éclaboussé de tâches colorées… 

   Lisant, assise dans l’herbe sous les lilas, confondue dans la végétation…

     Devant un massif de glaïeuls…

 

 

 

peinture,monet,argenteuil,camille

Claude Monet – La femme à l’ombrelle, 1875, National Gallery of Art, Washington

 

 

     Par cette belle journée de l'été 1875, Claude Monet a choisi de croquer Camille vers les bords de la Seine. En pleine lumière, il pose des petites touches de couleurs qui vibrent entre elles.

    Une apparition ascendante nous est offerte… Celle-ci, peinte en contre-jour, est éclaboussée du bleu mauve du ciel parcouru de nuages jaunes et rosés qui s’effilochent en se regroupant curieusement autour de la jeune femme, comme pour la protéger. Il l’aime… Les rayons du soleil l’enveloppe…

   La gracieuse Camille debout sur un talus herbeux tient une ombrelle qui, comme son voile et sa robe, s’agite dans le vent. Tout n’est que mouvement : les plis de la robe se cabrent, la voilette agitée laisse percevoir le visage de celle qui nous regarde. Elle nous dit quelque chose ? Non ! Elle parle à Claude ! La pose est naturelle, instant fugace d’un regard de peintre.

    Elle ne va pas tarder à se retourner pour continuer son chemin, accompagnée de Jean son petit bonhomme qui marche à ses côtés.

 

  

04 janvier 2015

Johannes Vermeer : La jeune fille à la perle, 1665, Mauritshuis, La Haye

 

BONNE ANNÉE - HAPPY NEW YEAR 

  

     Ce tableau est l’un des plus célèbre au monde. A l’aube de cette nouvelle année 2015, j’ai pensé que la vision du regard chaleureux et pur de cette jeune fille vous apporterait un de ces petits moments de bonheur qui donnent un sens à la vie.

This painting is one of the most famous in the world. At the dawn of this new year 2015, I thought that the vision of pure and warm look of that young girl would bring you one of those small moments of happiness that give meaning to life. (for Facebook readers)

 

Lire la suite

25 avril 2014

Une liberté aux seins nus - Eugène Delacroix, 1831

 

peinture, écriture, delacroix,

Eugène Delacroix – Autoportrait, 1837, Musée du Louvre, Paris

 

 

     Les Trois glorieuses…

     Trois jours suffirent, les 27,28 et 29 juillet 1830, pour que la monarchie des Bourbons soit renversée.

     Le peintre Eugène Delacroix traverse, selon son propre aveu, les événements de juillet comme « un simple promeneur ». Cependant, la violence de la rue et le patriotisme des belligérants enflamment son imagination. Son tableau La liberté guidant le peuple relate ce soulèvement révolutionnaire du peuple français contre le régime du roi Charles X, suivi par l’avènement du roi Louis-Philippe.  

Cette Liberté représentée par une femme aux seins nus, achetées par l’Etat, fut considérée comme subversive et rendu à Delacroix en 1839. En entrant au Louvre en 1874, la toile fut définitivement exposée au public. De nos jours, elle est considérée comme un symbole incarnant l’idéal révolutionnaire et le combat pour la liberté.

 

Lire la suite

26 février 2014

Jeu de mains - Georges de LA TOUR

 

L’exposition « Bohèmes », organisée l’année dernière au Grand Palais à Paris, a abouti à une curieuse confrontation entre deux tableaux qui n’étaient pas appelés à se rencontrer…

 

 

 

Lire la suite

26 janvier 2014

Qu'ont-ils fait de la Vue de Delft ? - VERMEER Johannes

    

     "Depuis que j'ai vu au musée de La Haye la Vue de Delft, j'ai su que j'avais vu le plus beau tableau du monde."

                                          Correspondance de Marcel Proust à Jean-Louis Vaudoyer - 2 mai 1921

 

Lire la suite

10 octobre 2013

Danse au bord de l'eau - RENOIR Pierre-Auguste, 1883

 

  55e6f5097f0d85cd0f258adeece423dc.jpg

 

Auguste Renoir : La danse à Bougival, 1883, Boston, Museum of Fine Arts

 

 

     Il y a tout juste un an, j’écrivais un article se rapportant à un concours de nouvelles auquel j’avais participé. Le jury m’avait fait le plaisir de me décerner un prix pour ce récit.

     Le personnage de « Rose » m’a été inspiré par les superbes toiles peintes en 1883 par Auguste Renoir sur le thème de la danse. A mes yeux, la jeune femme symbolise ces femmes du peuple du 19e siècle, ouvrières, paysannes, dont la vie était difficile et qui venaient s’étourdir dans les guinguettes fleurissant à cette époque sur les bords de la Seine et de la Marne.

     Je publie cette nouvelle, ci-dessous, dans son intégralité.

  

Lire la suite

18 septembre 2013

La montagne Sainte-Victoire - CEZANNE Paul

    

peinture,cézanne,sainte-victoire,provence

Paul  Cézanne – La montagne Sainte-Victoire, 1904, Collection privée

 

     Un séjour dans le Lubéron, il y a deux ans, est à l'origine de ce récit.

    Ce jour là, l'atmosphère s'emplissait d'ondes mystérieuses...

 

 

Lire la suite

29 mai 2013

Le roi des ciels - BOUDIN Eugène

 

Faire éclater l’azur

 

 

peinture,boudin,deauville,

Eugène Boudin –  Concert au casino de Deauville, 1863, National Gallery, Washington

 

      « Devant la nature, c’est à méditer qu’il faut s’exercer. De grands ciels puissants, profonds, vaporeux, légers, et, là-dessous, un morceau de la terre ou des bateaux, mais que ce soit grand, idéalisé, comme je l’entrevois. »  

                                                                                                        Eugène Boudin 

 

Lire la suite

31 mars 2013

La Goulue - TOULOUSE-LAUTREC Henri, 1892

 

peinture,toulouse-lautrec,montmartre,la goulue,moulin rouge      Dans ces « Chroniques du Diable », Octave Mirbeau fait ce portrait : « La Goulue, il faut lui rendre cette justice, est une assez belle grosse fille, épaisse, colorée qui exerce son sacerdoce avec une tranquillité remarquable. Elle plane imperturbable au-dessus de la foule maladive de ses fanatiques. »

      Au début des années 1890, tumultueuse animatrice des soirées du Moulin Rouge, cette danseuse fut la reine de Paris. En 1895, au sommet de sa gloire, elle eut le tort de quitter le cabaret pour ouvrir une baraque à la Foire du Trône. Elle finira sa vie dans la misère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Henri de Toulouse Lautrec  -  La Goulue arrivant au Moulin Rouge avec deux femmes, 1892, New York, The Museum of Modern Art

 

 

Lire la suite

16 mars 2013

Ronde de nuit en plein jour - REMBRANDT Harmensz van Rijn, 1642

 

     La Compagnie du capitaine Frans Banning Cocq et Willem van Ruytenburch est devenue célèbre sous le nom de "La ronde de nuit". Lors d'une visite en Hollande, il ne faut pas manquer d’aller voir ce chef-d’œuvre de l’un des plus grands artistes de ce 17ème siècle en or de la peinture hollandaise : Rembrandt.   

 Au Rijksmuseum d’Amsterdam, l’imposante toile est accrochée en plein centre de la grande salle du premier étage : point de fuite de l’immense galerie qui mène jusqu’à elle ; phare qui guide les pas pressés des visiteurs.

 Un nettoyage de 1946, en libérant le tableau de ses diverses couches de vernis jaunâtre, a fait disparaître l’ambiance nocturne dans laquelle on pensait que le peintre avait situé son sujet.

 

Lire la suite

20 décembre 2012

La damoiselle de beauté - FOUQUET Jean, 1453

 

        La fête de Noël va occuper les esprits sous peu.

      J’ai eu envie de montrer à nouveau le « Diptyque de Melun » et sa superbe « Vierge à l’enfant entourée d’anges » qui forme la partie droite du diptyque. Cette peinture est le chef-d’œuvre de Jean Fouquet, considéré comme le plus grand artiste de la première renaissance au 15e siècle en France.

      Le récit qui accompagne le diptyque a été rafraîchi et retrouve ainsi une nouvelle vie.

      Que cette fin d'année soit heureuse pour tous.

 

Lire la suite