Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

auvers-sur-oise - Page 2

  • VAN GOGH A AUVERS - Projet

     

     

          Peu de peintres ont l’aura de Vincent Van Gogh dans le monde. Et pourtant, le connaît-on vraiment ?

    Autopchevalet.jpg

        

      Ma passion pour ce peintre m’avait incité, il y a quelques années, à lire les nombreuses lettres qu’il avait écrites à son frère Théo, des années 1872 jusqu’en juillet 1890 à Auvers-sur-Oise. Ces lettres montraient un homme très différent de l’être tourmenté et malade qui nous est présenté trop souvent. J’ai ressenti dans ces lignes son intelligence, sa passion, une grande sensibilité et une vaste culture.

          Ainsi, Vincent était devenu un ami presque intime. J’avais donc souhaité en savoir plus et avais consulté de nombreux ouvrages et documents consacrés à sa vie et son travail.

          Fort de ces connaissances documentaires, mon imagination faisant le reste, je m’étais aventuré, pour le plaisir, à commencer un manuscrit romancé contant les deux derniers mois du séjour de l’artiste à Auvers-sur-Oise. Je ne l’ai jamais terminé.

     


       Van Gogh - Autoportrait au chevalet, 1888, 

    Van Gogh Museum, Amsterdam

     
          L’activité du peintre a été intense pendant ces deux mois. En l’espace de 70 jours, Vincent a peint 75 tableaux, soit plus de un par jour. Au sommet de son art, nombre des toiles de cette période sont des chefs-d’œuvre.

          Est-il possible de ressusciter dans un blog, un bref instant, un personnage uniquement par la force des mots et des images.

          Aujourd’hui, j'aimerais entendre parler l’artiste, le suivre pas à pas dans les rues d’Auvers, les chemins et les collines de la région, connaître les personnes qu’il rencontre, le regarder peindre et vivre.

          Ces articles, contant chronologiquement cette courte période de l’histoire de Van Gogh, pourraient se présenter comme une sorte de fil rouge s’intercalant avec mes récits habituels. Un feuilleton en plusieurs épisodes qui seraient regroupés dans une catégorie séparée nommée : VAN GOGH A AUVERS.

         Le début de cette histoire pourrait débuter à la date du mardi 20 mai 1890. Vincent est dans le train qui le mène à Auvers. Il vient de passer trois jours chez son frère à Paris après son retour de Provence où il connut deux années difficiles : « Le train avance à bonne vitesse. Les sifflements stridents de la machine à chaque approche de gare n’arrivent pas à troubler cette torpeur agréable qui m’envahit. »

      Etes-vous intéressés, amis lecteurs, pour que Vincent, avec son propre langage, nous fasse revivre cette période de sa vie d’homme et d’artiste à Auvers-sur-Oise ?

          J’apprécierais tous les commentaires que vous pourriez me faire.

          A bientôt.

                                                                                                                                                   Alain